Défense

Burkina Faso : « Face à la menace terroriste, nous ne faisons que colmater les brèches »

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 02 février 2021 à 16h46
Des soldats burkinabè patrouillent lors d’une opération à Gorgadji, dans le nord du pays, en mars 2019.

Des soldats burkinabè patrouillent lors d'une opération à Gorgadji, dans le nord du pays, en mars 2019. © REUTERS/Luc Gnago

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré pourra-t-il tenir ses engagements dans le domaine de la lutte contre le terrorisme ? L’analyse de Mahamadou Sawadogo, spécialiste des questions sécuritaires.

La crise sécuritaire a été l’un des enjeux majeurs des élections présidentielle et législatives de novembre 2020 au Burkina. D’abord localisées dans le Sahel, les attaques se sont multipliées depuis 2015 et concernent désormais la quasi-totalité du territoire. Plus d’un million de Burkinabè sont aujourd’hui des déplacés internes, selon le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés, et sur le terrain, malgré les opérations militaires, la situation semble se dégrader.

« Je tiens à rassurer sur le fait que je resterai attentif aux préoccupations de l’ensemble de mes compatriotes, surtout en ce qui concerne la réconciliation nationale, la paix et la sécurité, gages de toute action de développement », a promis Roch Marc Christian Kaboré lors de son investiture, le 28 décembre. Pour répondre aux attentes de ses concitoyens, en reconduisant Chérif Sy au ministère de la Défense et Osseni Compaoré à la Sécurité, le président bukinabè a clairement fait le choix de la continuité dans la politique sécuritaire menée jusqu’ici.

Chercheur au laboratoire Carrefour d’études et de recherches-action pour la démocratie et le développement (CERADD), Mahamadou Sawadogo, un ex-gendarme devenu spécialiste de l’extrémisme violent et des questions sécuritaires, livre son analyse du degré d’efficacité de la stratégie antiterroriste du Burkina. Il évoque également les risques de voir le phénomène s’étendre encore, notamment vers la Côte d’Ivoire. Il insiste également pour que la réconciliation nationale, pour qu’elle soit aussi un réel outil de lutte contre le terrorisme, ne se limite pas à la seule question du retour de exilés politiques.

Mahamadou Sawadogo, spécialiste des questions sécuritaires

Mahamadou Sawadogo, spécialiste des questions sécuritaires © DR

Jeune Afrique : Comment expliquer la reprise des attaques terroristes au Burkina, alors qu’une accalmie avait été observée pendant les élections présidentielle et législatives ?

Mahamadou Sawadogo : Il y a effectivement une nette reprise. Depuis le début de l’année, on enregistre sept à huit attaques par semaine. Elles sont localisées dans la région du Nord, aux alentours de Ouahigouya, dans le Yagha, dans le Soum et à l’Est. Peut-être que le pacte a été rompu…

De quel « pacte » parlez-vous ? 

C’était quand même surprenant que, brusquement, pendant la campagne électorale, le rythme des attaques diminue… Concomitamment, les opérations anti-terroristes ont également été moins nombreuses. J’ai discuté avec des leaders locaux. Il s’avère que l’on a demandé à certains d’entre eux de rentrer en contact avec les groupes terroristes et de négocier une trêve, le temps du vote.

Officiellement, on ne négocie pas avec les terroristes. Mais des canaux existent

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte