Santé

Bill et Melinda Gates : « La réponse au coronavirus témoigne d’une puissante coopération mondiale »

|

Par  Bill Gates

Fondateur de Microsoft, l’entrepreneur américain est également à la tête d’une fondation dont les projets sont essentiellement destinés à la santé et l’éducation.

Par  Melinda Gates

Diplômée en informatique et ancienne directrice générale des produits multimédias chez Microsoft, Melinda Gates a fondé avec son mari, en 1999, la fondation Bill et Melinda Gates, particulièrement active sur les questions de santé et de vaccination.

Premier essai clinique humain d’Afrique du Sud d’un vaccin potentiel contre le Covid-19 à l’hôpital Baragwanath, Soweto, le 26 juin 2020.

Premier essai clinique humain d’Afrique du Sud d’un vaccin potentiel contre le Covid-19 à l'hôpital Baragwanath, Soweto, le 26 juin 2020. © eld/Gallo Images via Getty Images

Bill et Melinda Gates veulent croire que 2021 sera l’année de la réponse au Covid. Une réponse qui, pour être efficace, devra être équitable et n’oublier personne.

Dès sa création, il y a une vingtaine d’années, notre fondation s’est consacrée à la santé à travers le monde, car nous voulions utiliser les ressources de Microsoft pour améliorer les conditions de vie du plus grand nombre. La santé est le socle de toute société prospère. Ce fait n’a jamais été aussi vrai que durant l’année qui vient de s’écouler, car la pandémie a bouleversé la vie de nombreuses populations en Afrique et dans le monde entier.

Même si notre fondation a toujours été préoccupée par l’avènement d’un tel scénario de pandémie, notamment après l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, nous avons été ébranlés par la façon dont le Covid-19 a considérablement perturbé l’économie, l’emploi, l’éducation et le bien-être.

Femmes vulnérables

En Afrique, bien que de nombreux pays aient réagi rapidement, les conséquences sanitaires et économiques se sont fait sentir sur tout le continent. Toutefois, ces conséquences n’ont pas été ressenties de la même manière. Le Covid-19 accentue les inégalités préexistantes, en particulier chez les plus pauvres et les plus vulnérables, et notamment chez les femmes et les filles.

Nous croyons qu’il est possible de sortir de cette pandémie avec plus d’égalité qu’auparavant

Beaucoup de femmes africaines restent invisibles aux yeux de leurs gouvernements. Nombreuses sont celles qui ne figurent pas sur le registre des impôts, n’ont pas de pièce d’identité officielle ou n’ont pas accès à un téléphone portable… Ce qui rend encore plus difficile l’envoi rapide et sécurisé d’argent liquide à une femme dans le besoin.

Avec des milliards de personnes confinées à travers le monde, le nombre d’emplois de services domestiques qui ne sont pas rémunérés s’est multiplié, or la plupart sont occupés par des femmes. Toutefois, nous croyons qu’il est possible de sortir de cette pandémie avec plus d’égalité qu’auparavant.

On se souviendra de 2020 comme de l’année où presque chaque individu sur la planète a été touché par cette menace ; et nous espérons que 2021 restera dans les mémoires comme l’année où le monde entier a bénéficié d’une réponse équitable et efficace au Covid-19.

Unir des intérêts différents

Nous avons des raisons d’être optimistes, car au cours de l’année dernière, le monde a déployé des efforts en matière de santé publique jamais vus auparavant : des efforts auxquels ont participé des hommes politiques, des chercheurs, des professionnels de la santé, des chefs d’entreprise, des organisateurs de terrain, des communautés religieuses et tant d’autres personnes dans le monde entier, qui ont uni leurs forces de manière inédite.

Le déploiement de tels efforts communs est important, car dans une crise mondiale comme celle que nous vivons, personne ne veut voir les entreprises prendre des décisions motivées par le profit ou des gouvernements agir dans le but étroit de protéger uniquement leurs propres citoyens. Pour le bien de l’humanité tout entière, il est nécessaire d’unir des personnes différentes et des intérêts différents en toute bonne foi.

La philanthropie peut contribuer à faciliter cette coopération. Étant donné que notre fondation travaille sur les maladies infectieuses depuis des décennies, nous entretenons des relations solides, et de longue date, avec l’OMS, des experts, des gouvernements et le secteur privé. Et parce que notre fondation se concentre principalement sur les défis auxquels sont confrontées les personnes les plus pauvres du monde, nous comprenons également l’importance de veiller à ce que tous les acteurs impliqués dans la réponse à la pandémie prennent en compte les besoins uniques des pays à faible revenu.

Notre fondation a investi 1,75 milliard de dollars dans la lutte

À ce jour, notre fondation a investi 1,75 milliard de dollars dans la lutte contre le Covid-19. La plupart de ces fonds ont été consacrés à la production et à l’achat de fournitures médicales essentielles. Nous avons, par exemple, soutenu les chercheurs qui développent de nouveaux traitements contre le virus et nous avons travaillé avec des partenaires pour concevoir des médicaments faciles à transporter et à utiliser dans les régions les plus pauvres du monde et faire ainsi en sorte que toute personne puisse en bénéficier. Nous avons également soutenu les initiatives permettant de trouver et de distribuer des vaccins sûrs et efficaces contre le virus.

Le fait que les vaccins contre le Covid-19 soient déjà disponibles constitue la preuve incroyable du pouvoir de la coopération mondiale. Aucun pays ni aucune entreprise n’aurait pu y parvenir seul. Les bailleurs de fonds du monde entier ont mis en commun leurs ressources, les laboratoires concurrents ont partagé les résultats de leurs recherches et tous les participants ont pris de l’avance grâce aux nombreuses années d’investissement mondial dans des technologies qui ont contribué à ouvrir une nouvelle ère dans le développement de vaccins.

Distribuer les vaccins à tous et partout

Bien entendu, mettre au point des vaccins sûrs et efficaces ne représente qu’une étape de l’histoire. La distribution du vaccin est également importante. À l’heure actuelle, le monde doit fournir des doses à tous celles et ceux qui en ont besoin, peu importe où ils se trouvent. Pour y parvenir, nous devrons compter sur des organisations comme l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (Gavi).

La Gavi a fourni des vaccins à 822 millions d’enfants

Au cours des vingt dernières années, la Gavi a fourni des vaccins à 822 millions d’enfants dans les pays à faible revenu. Aujourd’hui, elle participe à l’effort international pour la distribution des vaccins contre le coronavirus.

Bien que ce soit difficile à imaginer aujourd’hui, alors que tant de personnes souffrent encore du Covid-19, cette pandémie prendra fin un jour ou l’autre. Lorsque ce moment arrivera, ce sera grâce ceux qui ont uni leurs efforts à travers le monde pour nous faire sortir de cette crise.

En Afrique, l’extraordinaire résilience et l’expertise acquise lors d’épidémies de maladies infectieuses telles que le virus Ebola et la polio ont aidé les pays à répondre au Covid-19 en stimulant la recherche scientifique et l’innovation. Ces importantes contributions permettront au monde de surmonter cette pandémie et, en retour, le monde entier doit s’engager à se reconstruire de manière à permettre aux familles du continent, et du monde entier, de sortir de cette pandémie encore plus fortes et d’être mieux préparées à la prochaine épreuve.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer