Elections

Côte d’Ivoire : à un mois des législatives, l’opposition en ordre dispersé

Réservé aux abonnés | | Par
Pascal Affi N’Guessan avant sa rencontre avec Henri Konan Bédié le 31 décembre 2020 à Abidjan

Pascal Affi N'Guessan avant sa rencontre avec Henri Konan Bédié le 31 décembre 2020 à Abidjan © SIA KAMBOU / AFP

L’opposition ivoirienne n’est finalement pas parvenue à s’unir dans la perspective des législatives du 6 mars. Le PDCI d’Henri Konan Bédié et les formations pro-Laurent Gbagbo ont rompu avec les autres partis, dont le FPI de Pascal Affi N’Guessan.

Ils promettaient des candidats uniques dans chaque circonscription il y a encore quelques jours. Il y en aura finalement bien plus, issus de différents partis ou se présentant comme indépendants. Oubliées les belles déclarations d’intentions : à l’orée des législatives, qui se tiendront le 6 mars, les principaux leaders de l’opposition ivoirienne ne sont pas parvenus à s’entendre sur une stratégie commune face au Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) d’Alassane Ouattara.

Après une séquence électorale sous haute tension marquée par plus de 80 morts, à l’issue de laquelle le chef de l’État a été réélu pour un troisième mandat, les opposants misaient sur le renouvellement des sièges à l’Assemblée nationale pour revenir dans le jeu politique. À l’issue d’un dialogue avec le pouvoir initié en décembre, les principales formations de l’opposition – hormis Générations et peuples solidaires (GPS) de Guillaume Soro – avaient annoncé leur intention de participer aux législatives. S’en étaient suivies des tractations intenses entre leurs états-majors pour tenter de présenter des candidats communs pour les 255 sièges répartis dans les 205 circonscriptions du pays.

La part du lion

Pourtant, très vite, ce projet de grande alliance a fait « pschitt ». Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) d’Henri Konan Bédié et la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), qui regroupe les formations pro-Laurent Gbagbo, dont la frange du Front populaire ivoirien (FPI) qui lui est restée fidèle, ont trouvé un accord sans les autres formations politiques, à commencer par le FPI officiellement reconnu de Pascal Affi N’Guessan.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte