Politique

Mali : la garde rapprochée de Bah N’Daw à Koulouba

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Bah N’Daw et son premier cercle.

Bah N'Daw et son premier cercle. © JA

Le discret chef de la transition, qui vient d’effectuer sa première visite officielle en France, s’appuie sur un cercle d’habitués des couloirs du Palais présidentiel.

Bah N’DawDésigné président de la transition le 21 septembre dernier, Bah N’Daw est un homme discret. Ce colonel-major à la retraite, réputé intègre et intransigeant, devra composer avec tous les Maliens, qu’ils soient de l’ancien régime, des groupes armés ou du Mouvement du 5 juin – Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) pour mener à bien la mission qui lui a été confiée après le coup d’État qui a renversé Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) le 18 août 2020.

Tout au long de sa carrière, il a travaillé avec les différents régimes qui se sont succédé. Il a tour à tour été aide de camp de Moussa Traoré, chef d’état-major adjoint de l’armée de l’air sous Alpha Oumar Konaré, directeur de l’Office national des anciens combattants militaires retraités et victimes de guerre lorsqu’Amadou Toumani Touré était à la tête du pays, puis il est devenu le ministre de la Défense d’IBK.

Pour l’accompagner durant les dix-huit mois que doit durer la transition, Bah N’Daw peut compter sur son vice-président, Assimi Goïta, mais aussi sur une équipe de militaires et de civils. Au cœur de son premier cercle, figurent des habitués de la présidence à qui il a choisi de renouveler sa confiance.

Adam Thiam

Journaliste réputé, ancien cadre humanitaire et chercheur en sciences sociales, Adam Thiam dirige la cellule communication et relations publiques de la présidence. Celui qui a également été le porte-parole d’Alpha Oumar Konaré (2003-2005) lorsque ce dernier était le président de la Commission de l’Union africaine avait été appelé à la rescousse en novembre 2019 par IBK, alors en pleine crise sociopolitique.

Toujours influent, il a désormais également l’oreille de Bah N’Daw, qu’il accompagne régulièrement lors de ses déplacements, comme lors de sa première visite officielle à Paris. En 2013, Dioncounda Traoré avait déjà sollicité ses services.

Samir Naman

Bah N’Daw est le deuxième président de transition à lui accorder sa confiance. Samir Naman avait également été chargé du protocole de Dioncounda Traoré, après le coup d’État de 2012. Il a occupé les mêmes fonctions auprès d’IBK, lorsque ce dernier était président de l’Assemblée nationale.

Kalilou Doumbia

Enseignant-chercheur à l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako, Dr Kalilou Doumbia a été nommé le 29 janvier secrétaire général de la présidence. Il assurait jusqu’ici l’intérim, depuis le limogeage fin 2020 de Sékou Traoré, accusé de tentative de déstabilisation, dont il était auparavant l’adjoint.

Sékou Traoré lui-même fut l’adjoint de Kamissa Camara, lorsque cette dernière occupait les fonctions de secrétaire générale de la présidence. Il avait ensuite été nommé par Bah N’Daw au sein de son cabinet avec rang de ministre, quelques jours après son investiture.

Spécialiste du contentieux administratif, Kalilou Doumbia fut réputé proche du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), principal artisan du coup de force militaire contre le président IBK et dissous par décret par Bah N’Daw ce 18 janvier. Il est ainsi resté lié au vice-président de la transition, Assimi Goïta.

Mamatou Traoré

Le chef de cabinet du président est un colonel-major à la retraite. Administrateur militaire issu des rangs de l’armée de terre, il a été nommé le 28 septembre 2020, trois jours après la prestation de serment de Bah N’Daw et d’Assimi Goïta.

Sinaly Moussa Dembélé

Lieutenant-colonel de l’armée de terre, il a été nommé aide de camp de Bah N’Daw fin novembre 2020. Il a rang de conseiller technique au secrétariat général de la présidence. Il est secondé par le commandant d’escadron Ahmadou Hamahoullahou Sidibé.

Mohamed Aski

Ce diplomate de carrière a été nommé fin octobre 2020 conseiller diplomatique du président, avec rang d’ambassadeur. Ancien secrétaire général du comité d’organisation du sommet Afrique-France, organisé au Mali en 2017, il est un proche de Abdoullah Coulibaly, organisateur du forum de Bamako.

Mohammed Askia a également été conseiller en communication de l’ancien président Alpha Oumar Konaré, puis membre de l’équipe de campagne du candidat Amadou Toumani Touré.

Ibrahim Traoré

Nommé directeur de cabinet d’IBK en 2015, il conserve son poste auprès de Bah N’Daw. Ce chirurgien de formation, qui a exercé en France, était l’un des plus proches collaborateurs de l’ancien chef de l’État. Il prend souvent part aux audiences du président de la transition.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer