Politique

[Série] MBS, un prince saoudien parmi tant d’autres (1/5)

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 23 décembre 2021 à 10:33

MBS, à gauche, enfant. © DR

« L’histoire secrète de l’ascension de MBS » (1/5) Rien n’indiquait que le jeune prince, placé loin dans l’ordre de succession et méprisé par ses frères aînés, deviendrait un jour l’homme le plus puissant du royaume saoudien. Il finit pourtant par devenir le fils favori du futur souverain Salman. Voici comment.

Il a grandi dans le faste des palaces, entouré d’employés de maison, de chauffeurs et de professeurs particuliers. Rien que de très banal pour un membre de la maison Saoud. Mohammed Ben Salmane (MBS) est le sixième fils de Salman, lui-même vingt-cinquième fils du fondateur de l’Arabie saoudite. Un prince parmi les milliers qui composent la tentaculaire famille Al-Saoud, a priori non destiné à occuper le trône.

Le père de MBS, Salman Ben Abdelaziz Al Saoud, a treize enfants issus de trois mariages. À ses fils, il donne une éducation à la fois stricte, empreinte de culture et ouverte sur le monde. Dans son palais à Riyad, il organise des dîners hebdomadaires avec des écrivains, des universitaires et des diplomates. Dans ses propriétés de Paris et de Marbella, il invite des intellectuels, des avocats et des hommes d’affaires pour inciter ses fils au débat et à la réflexion. Des politiques, dont des membres de la famille Assad, font partie des visiteurs.

Salman est sévère avec ses fils, en particulier ceux issus de son premier mariage, qu’il a eus dès l’âge de 19 ans, et qu’il voit comme de futurs hommes d’État.

Rude compétition