Économie

Décryptage : comment la BOAD a réussi son emprunt « durable » de 750 millions d’euros

Pour l’emprunt international le moins cher de son histoire, la banque ouest-africaine a ciblé un marché peu exploité mais prometteur. L’analyse de Jeune Afrique.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 27 janvier 2021 à 10:51

La Banque ouest-africaine de développement est basée à Lomé, au Togo. © AFD.fr

L’avalanche de chiffres et de données ésotériques dans le communiqué officiel pourrait faire oublier l’essentiel. Un emprunt de 750 millions d’euros ; une maturité de douze ans ; un coupon de 2,75 % soit un spread de 300 points de base par rapport au taux moyen…

L’essentiel est que pour sa quatrième incursion sur le marché de la dette obligataire internationale, réalisée à la fin de janvier, la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) a décroché le financement le plus bas de son histoire pour un eurobond, en l’adossant à un engagement encore rare sur les places financières africaines : le financement de projets « durables ».

90 % des ressources pour des projets verts et sociaux

« L’émetteur a l’intention d’affecter environ 90 % du produit net des obligations émises […] au refinancement de projets verts et sociaux éligibles existants, le produit restant devant être utilisé pour