Santé

Covid-19 en Côte d’Ivoire : « Pour le moment, nous ne sommes pas face à une deuxième vague »

| Par - à Abidjan
Mis à jour le 27 janvier 2021 à 09h35
Une opération de sensibilisation port du masque pour prévenir la propagation du coronavirus, dans les rues d’Abidjan le 19 janvier 2021.

Une opération de sensibilisation port du masque pour prévenir la propagation du coronavirus, dans les rues d'Abidjan le 19 janvier 2021. © REUTERS/Luc Gnago

Vaccins, tests, mesures de prévention… Mamadou Samba, directeur de la Santé, assure que les autorités ivoiriennes mettent tout en œuvre pour parvenir à faire face à l’épidémie de Covid-19, et assure que, si des pics sont observés à Abidjan, le pays n’est pas confronté à une deuxième vague.

Depuis fin décembre, le nombre de cas de Covid-19 repart à la hausse en Côte d’Ivoire. Si le gouvernement ne parle pas encore de deuxième vague, le pays affronte cependant une « reprise épidémique » avec des taux de positivité quotidiens autour des 7 % et la crainte de voir le virus se propager hors d’Abidjan, où il est pour le moment contenu. Les craintes sont fortes, également, de voir apparaître des cas de ces nouveaux variants qui inquiètent tant les autorités sanitaires.

Alors que la campagne de vaccination devrait commencer en mars, Mamadou Samba, le directeur de la Santé, assure que le pays se tient prêt et formera dans les semaines qui viennent le personnel soignant dans tout le pays.

Jeune Afrique : Les premières livraisons du vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19 initialement prévues fin janvier ont été reportées à la mi-février en raison de «retards» dans leur mise à disposition. Le ministre ivoirien de la Santé a annoncé la semaine dernière un démarrage de la campagne de vaccination en mars. La Côte d’Ivoire est-elle prête ?

Mamadou Samba : La Côte d’Ivoire a mis sur pied un plan de déploiement et de vaccination contre le Covid-19 qui a été validé il y a une semaine par le ministère de la Santé. Grâce à ce plan et à l’appui de nos partenaires, le pays fait en sorte d’être prêt à vacciner dès que les premières doses seront livrées.

Nous mobilisons actuellement tous nos efforts afin que nos équipes sur le terrain, tous les soignants, qui sont certes déjà outillés pour les vaccinations de routine, soient désormais formés et préparés pour faire face à cette campagne de vaccination exceptionnelle.

Le directeur général de la Santé, Mamadou Samba, lors du point de presse quotidien sur le Coronavirus, à Abidjan.

Le directeur général de la Santé, Mamadou Samba, lors du point de presse quotidien sur le Coronavirus, à Abidjan. © Gouv.ci

Combien de doses de vaccins seront disponibles ?

La Côte d’Ivoire a adhéré à l’initiative Covax, pilotée par l’OMS, qui permet l’obtention de vaccins gratuits [ce dispositif onusien vise à fournir d’ici fin 2021 des vaccins anti-Covid-19 à au moins 20 % de la population des pays participants, NDLR]. Nous devrions avoir 100 000 doses dans ce cadre et le gouvernement ivoirien achètera sur le marché international 200 000 doses. Cela sera par la suite ajusté en fonction des besoins.

Notre but est de vacciner le maximum de personnes et de faire en sorte que les cibles prioritaires soient atteintes rapidement : le personnel de santé, les forces de défense et de sécurité, les personnes ayant des maladies chroniques, les enseignants et les plus de 50 ans.

Il faut insister sur un point : la vaccination est volontaire. Et je répète qu’elle n’exclut pas les gestes barrières. De plus en plus, on pense que le fait d’être vacciné va nous libérer des mesures barrières, mais ce n’est pas le cas.

Beaucoup de rumeurs, voire de « fake news », circulent sur ce vaccin. Comment allez-vous faire pour rassurer la population ?

Dans le plan de vaccination, un volet est consacré à la communication et à la sensibilisation. Il faut veiller à donner la bonne information aux populations afin qu’elles se fassent vacciner. Nous allons faire en sorte  que cette communication précède l’arrivée des vaccins.

La Côte d’Ivoire compte 26 612 cas confirmés, 1 872 cas actifs et 145 décès depuis l’apparition de la pandémie. Le pays reste donc relativement épargné. Mais les chiffres ont connu un rebond en janvier, avec notamment 564 nouveaux cas confirmés ce 22 janvier. Peut-on parler de deuxième vague ?

Pour le moment, nous ne sommes pas face à une deuxième vague, mais face à une reprise épidémique. Pourquoi ? Parce que cette reprise est localisée à Abidjan. Si cela devait se propager, alors oui, on pourra parler de deuxième vague.

Nous testons 3 000 à 4 000 personnes par jour grâce à nos onze centres de prélèvement. Le nombre absolu de tests positifs n’explique pas tout. Il faut le corréler avec le taux de positivité. L’OMS et les institutions internationales estiment qu’à moins de 5 % de taux de positivité, l’épidémie est sous contrôle. Aujourd’hui, nous sommes en moyenne à 7 % avec des pics allant jusqu’à 19 %. Notre objectif est de redescendre durablement sous la barre des 5 %.

L’un des nouveaux variants a-t-il été détecté sur le sol ivoirien ?

On ne peut pas répondre à cette question aujourd’hui. L’Institut Pasteur a commencé le séquençage de certains échantillons. Nous attendons les résultats à la fin du mois de janvier.

En Côte d’Ivoire, un test négatif au Covid-19 est obligatoire pour tous les usagers du transport aérien. Des voyageurs n’ont pas pu embarquer car ils n’ont jamais reçu leurs résultats. Comment expliquez-vous ces dysfonctionnements ?

À Abidjan, nous avons en moyenne 2 000 à 3 000 voyageurs par jour. Si ces milliers de voyageurs n’avaient pas reçu leurs tests à temps, cela se saurait. Des retards peuvent exister et nous sommes en train de faire en sorte que ces cas à la marge disparaissent. C’est le train qui n’arrive pas à l’heure. Mais je voudrais insister et dire que le système fonctionne.

Il faut rappeler que les résultats arrivent sous 48 à 72 heures. Mais si vous faites le test hors délai, il est certain que vous n’aurez pas les résultats à temps. Les voyageurs doivent comprendre qu’il y a tout un processus.

Durant la période de Noël, des voyageurs ont dû refaire un test en arrivant à Paris, la France estimant que celui réalisé en Côte d’Ivoire n’était pas suffisamment fiable. Que s’est-il passé ?

Il s’agissait d’un problème informatique, technique, qui a été réglé depuis. Nos tests sont fiables et valables en Europe sans difficulté. La qualité de nos tests n’est pas discutable, nous les menons avec beaucoup de précision.

Les voyageurs doivent payer 50 000 F CFA pour effectuer ces tests. Où va cet argent ?

Il va au Trésor public, qui a la charge de les répartir entre le ministère de la Santé et celui de Transports.

Quelle est la situation dans les services de réanimation ? Les services de santé sont-ils prêts à affronter une deuxième vague ?

La Côte d’Ivoire a mis beaucoup de moyens dans la prise en charge des patients touchés par le Covid-19. Aujourd’hui, nos structures ne sont pas saturées. Nous avons un nombre suffisant de lits et de respirateurs qui sont principalement répartis à Abidjan entre les CHU de Treichville, de Cocody et de Yopougon.

Nous avons aussi l’hôpital militaire, l’hôpital général d’Anyama et le parc des Sports. Au total, ce sont 619 lits dont 70 de réanimation. La semaine dernière, nous avons pris en charge 37 personnes atteintes du Covid dans le secteur public, dont une dizaine placées en réanimation, et une vingtaine dans le secteur privé.

À l’intérieur du pays, nous avons créé onze centres de prise en charge, soit 406 lits avec 100 lits de réanimation. Ces centres n’ont pas encore accueilli de patients atteints du Covid, à l’exception de celui de Bouaké.

Le personnel est-il suffisamment formé pour faire face à cette pandémie, notamment dans ces centres de l’intérieur du pays ?

Une mission est prévue dans les prochaines semaines sur ces sites afin d’évaluer l’état de nos infrastructures et de former le personnel à une bonne prise en charge.

L’état d’urgence sanitaire va être restauré sur l’ensemble du territoire du jeudi 21 au dimanche 28 février. Que cela signifie-t-il concrètement pour les Ivoiriens ?

C’est un premier pas du gouvernement pour prendre de nouvelles mesures restrictives si nous n’arrivions pas à contenir l’épidémie avec les mesures actuelles. Il s’agit d’une mesure préventive.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

3098_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte