Économie

Tech : ces start-uppers africains qui assurent

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 16 avril 2021 à 16:44

SewedoProd/Assuraf ; Izikare ; DR ; SUSU © SewedoProd/Assuraf ; Izikare ; DR ; SUSU

Venus du Sénégal, du Cameroun, du Bénin et du Ghana, ces « disrupteurs » se sont emparés d’un des plus vieux métiers de la finance pour proposer des services connectés et accessibles.

Si le dynamisme entrepreneurial kényan et sud-africain domine actuellement le secteur de l’assurance connectée, l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest ne sont pas en reste. En témoignent ces quatre portraits d’entrepreneurs que nous avons choisi de mettre en lumière au regard de leur parcours et des solutions qu’ils proposent dans leur pays d’origine et au-delà.

Qu’ils soient motivés par une expérience personnelle, un goût affirmé pour la technologie ou par ces deux expériences réunies, tous se donnent la mission de répondre concrètement à des besoins du quotidien en matière de santé, à savoir la facilitation de l’accès aux soins et la couverture des frais qu’ils nécessitent.

  • Souleymane Gning – Assuraf (Sénégal)
Souleymane Gning, fondateur de Assuraf

Souleymane Gning, fondateur de Assuraf © SewedoProd/Assuraf

Tirer parti des bonnes pratiques des télécoms, comme la définition d’indicateurs de performances, c’est l’idée qu’a eue cet ingénieur sénégalais de 40 ans en créant Assuraf.

Formé dans les télécoms en France, Souleymane Gning est de ces personnalités dont la fibre entrepreneuriale prend le dessus sur une progression hiérarchique toute tracée. Après des débuts chez SFR, ce titulaire d’un double MBA de HEC et de Darden Business School aux États-Unis décide, en 2003, de rentrer au Sénégal pour penser et diriger pendant trois ans, à Sonatel, le lancement de multiples services à valeur ajoutée (USSD, SMS, plateformes WAP).

Suivent plus de dix ans à des postes à responsabilité chez plusieurs groupes télécoms et technologiques dont l’américain Cisco, l’helvétique Swisscom et le britannique Upstream.

Il fonde en 2018 eConnect, son propre cabinet de conseil en télécoms et technologies digitales. C’est dans ce cadre et à la faveur d’un projet dans les assurances qui n’aboutit pas qu’il crée Assuraf, une plateforme qui digitalise toute la chaîne de valeur du secteur, de la souscription au paiement, en passant par le service client et la déclaration de sinistre.

  • Bertrand Nkengne – Izikare (Cameroun)
Bertrand Nkengne, CEO de Izikare.

Bertrand Nkengne, CEO de Izikare. © Izikare

Un parent malade au Cameroun, des coups de fils réguliers de sa famille au pays lui réclamant des fonds pour couvrir ses soins, la découverte que ces ressources sont parfois utilisées à d’autres fins et, au bout, la tragique nouvelle… C’est une perte personnelle et intime qui a fait basculer Bertrand Nkengne dans le monde de l’assurance en 2018.

Avec sa plateforme Izikare, il propose aux diasporas africaines d’assurer leur proches pour un minimum de 50 centimes d’euros par jour, leur garantissant l’accès à un réseau de 900 praticiens certifiés.

Diplômé de l’université de Compiègne en ingénierie informatique, Bertrand Nkengne est titulaire d’un certificat du Babson College de Boston et a effectué un executive MBA en entrepreneuriat et innovation à HEC Paris. Un temps dirigeant d’une franchise spécialisée dans l’achat-vente d’occasions en banlieue parisienne, il cofonde en 2006 Cyslog, une société de conseil en informatique. Soutenue par BPIFrance et sa start-up, Izikare est incubée par HEC au sein de la Station F à Paris.

  • Nelson Korshi Da Seglah – Korba (Ghana)
Korshi Da Seglah, CEO de Korba

Korshi Da Seglah, CEO de Korba © Korba

En septembre 2020, son entreprise a noué un partenariat avec Prudential, poids lourd britannique de l’assurance mondiale, un temps dirigé par Tidjane Thiam, présent au Ghana depuis le rachat en 2013 de Express Life Insurance.

Nelson Korshi Da Seglah, ingénieur ghanéen des systèmes d’information, est le fondateur de Korba, une solution de paiement interopérable créée en 2014, qui vient donc d’ajouter une corde à son arc en proposant une couverture maladie et vie à ses clients.

L’ex-cadre dirigeant de UT Bank, spécialiste du e-business, use des ressorts du marketing traditionnel en proposant son nouveau produit comme outil de fidélisation.

  • Bola Bardet – Susu (Bénin)
Bola Bardet, fondatrice de Susu

Bola Bardet, fondatrice de Susu © SUSU

La Béninoise Bola Bardet a elle aussi entrepris dans l’assurance après la perte d’un proche, faute de compétences et de structure médicale adaptée localement.

Créée en 2018, Susu propose – comme Izikare – une couverture santé en Côte d’Ivoire, payée par les membres de la diaspora.

Paiement à distance, suivi médical personnalisé, simplification des produits via une application mobile, cette diplômée en télécommunications a su profiter de la digitalisation pour séduire un géant comme Allianz qui fait partie de ses partenaires. Elle aussi a effectué un MBA à HEC et pilote ses activités depuis la Station F à Paris.