Économie

Le FMI appelle Tunis à mener des réformes et à renforcer la protection sociale

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 24 janvier 2021 à 12h10
Un petit groupe de manifestants, le 14 janvier 2021, dix ans après la révolution qui a mené à la chute de Ben Ali.

Un petit groupe de manifestants, le 14 janvier 2021, dix ans après la révolution qui a mené à la chute de Ben Ali. © Mosa'ab Elshamy/Sipa

Le Fonds monétaire international a encouragé samedi la Tunisie à mettre sur pied un plan de réformes et à renforcer la protection sociale alors que le pays, qui fait face à une flambée de contaminations par le coronavirus, peine à boucler son budget pour 2021.

Une équipe du FMI a effectué une mission périodique virtuelle fin décembre et début janvier sur la Tunisie, qui a achevé au printemps 2020 un plan quadriennal de financement du FMI mais qui n’a pas sollicité de nouveau programme.

Une gestion « proactive » de la pandémie au printemps a permis de circonscrire la première vague de contaminations mais la Tunisie a néanmoins subi un recul de son Produit intérieur brut de 8,2% en 2020, selon les estimations de l’organisme international.

Reprise de la croissance pour 2021

Il s’attend à une reprise avec une croissance de 3,8% en 2021, tout en avertissant que cette prévision dépend largement de la situation épidémique et de l’accès à un vaccin.

« Il sera essentiel d’assigner une priorité claire aux dépenses de santé et de protection sociale », estime le FMI, tout en appelant à « un plan de réforme exhaustif et crédible » pour parvenir à « une croissance durable et inclusive ».

L’institution plaide de longue date pour des aides ciblées en faveur des familles pauvres au lieu du système de prix subventionnés pour certains produits, dont le pain et l’essence, bénéficiant à tous les foyers.

Crise sociale accentuée par la pandémie

Elle appelle aussi à réduire le nombre de salariés payés par l’État ainsi que les soutiens aux entreprises publiques déficitaires.

De nombreuses entreprises publiques, dont Tunisair, la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG) ou encore la Société de Fabrication des Boissons de Tunisie (SFTB, bière et boissons gazeuses), pâtissent d’une mauvaise gestion et d’un manque d’investissement et sont lourdement endettées.

La pandémie a accentué la crise sociale, en mettant à genoux le tourisme, secteur crucial de l’économie tunisienne, et en perturbant le vaste secteur informel.

Des manifestations violentes ont éclaté plusieurs nuits de suite depuis une semaine, suivies de rassemblements pour réclamer une meilleure politique sociale et la libération de centaines de protestataires interpellés par la police.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

3098_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte