Bourse

Le Kenya veut se doter d’un fonds souverain d’ici à 2016

Le directeur de la Banque centrale du Kenya annonce la création d'un fonds souverain d'ici à 2016.

Le directeur de la Banque centrale du Kenya annonce la création d'un fonds souverain d'ici à 2016. © Reuters

Le 2 avril, Mbui Wagacha, directeur de la Banque centrale du Kenya, a annoncé que son pays comptait se doter d’un fonds souverain avant le début de la phase d’exploitation du projet pétrolier co-dirigé par Tullow Oil et Africa Oil, prévu pour 2016.

Mbui Wagacha, directeur de la Banque centrale kényane, a annoncé le 2 avril lors d’une émission télévisée, que le Kenya entendait mettre en place un fonds souverain avant le début de la phase d’exploitation du projet pétrolier de Tullow Oil et Africa Oil, prévu en 2016. Selon lui, ce fonds souverain permettrait au pays de se protéger face aux fluctuations des prix des matières premières ainsi que de l’aspect cyclique du secteur extractif.

Il a ajouté qu’en agissant de la sorte, les autorités espéraient réinvestir les revenus tirés de cette manne pétrolière afin que les générations futures puissent également en bénéficier, grâce à des investissements de l’État dans des projets d’infrastructures. « Ce que nous comptons réaliser ici, au Kenya, est unique, dans le sens où nous voulons mettre en place un fonds souverain avant même d’amorcer la phase d’exploitation des ressources naturelles », s’est réjoui Mbui Wagacha.

Lire aussi

Tullow Oil décide de divulguer ses paiements aux gouvernements
Dossier pétrole : pactole en vue en Afrique de l’Est
Le fonds souverain nigérian réalise son premier investissement

Réformes fiscales pour les industries extractives

Le gouvernement compte également annoncer des réformes fiscales liées aux industries extractives. « Ces réformes auront un impact sur le budget de l’année prochaine, à compter de juin 2015, a déclaré Henry Rotich, ministre des Finances kényan, à l’occasion de cette intervention télévisée. Une rationalisation des procédures douanières est également en cours, afin d’harmoniser les normes en vigueur avec les autres membres de la Communauté d’Afrique de l’Est ».

Plus largement, le Kenya a commencé à réorganiser sa fiscalité en l’assainissant et en élargissant le nombre de biens soumis à la taxe sur la valeur ajoutée, de 16%.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte