Technologie

MTN, Signal et Telegram à l’affût des utilisateurs africains de WhatsApp

Réservé aux abonnés | | Par
Applications Signal et Whatsapp.

Applications Signal et Whatsapp. © Frederic Sierakowski/ISOPIX/SIPA

L’emblématique messagerie détenue par Facebook a vu fuir ses utilisateurs depuis l’annonce de nouvelles règles de confidentialité. Une aubaine pour des services comme Signal, Telegram ou Ayoba de MTN.

Les équipes de WhatsApp s’attendaient-elles à une telle désertion ? Depuis l’annonce, le 4 janvier, de l’instauration prochaine de nouvelles politiques de confidentialité qui prévoient l’élargissement de l’utilisation de données personnelles à des fins commerciales, l’emblématique application de conversation créée en 2009 et rachetée en 2014 par Facebook fait face à une importante migration de ses utilisateurs.

Ce mouvement massif – bien qu’impossible à estimer – a poussé l’entreprise à reporter au mois de mai l’effectivité de ses mises à jour prévues initialement pour le 8 février.

Signal, Telegram et MTN en profitent

Incité par certains grands noms de la tech mondiale, comme le patron sud-africain de Tesla, Elon Musk, les utilisateurs de WhatsApp se tournent désormais vers des services moins intrusifs et plus sécurisés, à l’image des messageries cryptées Signal ou Telegram.

« Depuis le 5 janvier environ, nous sommes devenus l’une des applications les plus téléchargées au Nigeria, en Afrique du Sud, au Kenya, en RDC, au Zimbabwe, en Angola, au Sénégal, à Madagascar et en Tanzanie, d’après les classements fournis par Apple et Google », avance un porte-parole de l’américain Signal.

Pour sa part, Pavel Durov a indiqué le 13 janvier que l’application Telegram qu’il a créée en 2013 avec son frère Nikolaï avait gagné 25 millions d’utilisateurs suite à cette polémique, dont 8 % proviennent d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Telegram revendique désormais 500 millions d’utilisateurs actifs dans le monde.

De son côté, l’application Ayoba, développée par MTN s’est fendue d’un communiqué mercredi 20 janvier, réaffirmant le respect des règles de confidentialité des communications effectuées via l’application disponible en 22 langues locales comme le kinyarwanda, le zulu, le pidin du Cameroun ou encore le swahili.

« Nous voyons une accélération de l’adoption d’Ayoba avec les problèmes de Whatsapp », confirme à Jeune Afrique un dirigeant de MTN, sans fournir de chiffres. Fin septembre 2020, Ayoba, qui fait partie des services sur lesquels l’opérateur panafricain souhaite capitaliser dans les années à venir, revendiquait 2,3 millions d’utilisateurs actifs.

WhatsApp, une application leader en Afrique

Accessible sur mobile et via le web, l’application WhatsApp est le vingtième site web le plus visité au monde en 2019 et domine le marché africain, d’après les données d’un rapport sur le sujet publié en 2020 par We Are Social et Hootsuite. Elle est également leader en nombre d’utilisateurs actifs mensuels et compte plus de 2 milliards d’usagers dans le monde, devançant Messenger de Facebook (1,3 milliard) et le Chinois WeChat (1,2 milliard).

Les applications de messagerie les plus utilisées dans le monde en 2019

Les applications de messagerie les plus utilisées dans le monde en 2019 © Capture d’écran We Are Social – Hootsuite 2020

Très utilisé pour différents usages comme les chaînes de messages informatifs (ou de fake news), les appels et messages vocaux ou l’échange de documents comptait près de 200 millions d’utilisateurs sur le continent en 2018. Son taux de pénétration parmi les propriétaires de smartphones est de 97 % au Kenya, de 96 % en Afrique du Sud et de 95 % au Nigeria.

Fermer

Je me connecte