Santé

Vaccins contre le Covid-19 : Russie, Chine, Inde… Qui fournit l’Afrique ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 22 mars 2021 à 15h35
JA / brgfx Freepik

© JA / brgfx Freepik

Alors que les pays développés vaccinent à tour de bras, seulement la moitié de ceux du continent ont entamé leur campagne de vaccination.

Les pays occidentaux, plus touchés mais surtout plus riches, créent l’embouteillage en sécurisant, tel le Canada, de quoi vacciner jusqu’à trois fois leur population. En Afrique, les livraisons des vaccins promis par le dispositif Covax d’aide aux pays en développement arrivent au compte-gouttes. Devant l’urgence de contenir une deuxième vague beaucoup plus virulente que la première, avec notamment l’arrivée du variant sud-africain, l’UA débloque des fonds et certains pays négocient en direct avec les laboratoires étrangers.

Diplomatie du vaccin

Fin décembre, l’organisation non gouvernementale Oxfam estimait que 70 pays pauvres ne pourraient vacciner qu’un habitant sur dix en 2021. Dans ces circonstances, la Chine et la Russie ont su, encore une fois, se montrer particulièrement à l’écoute des besoins du continent. Dès juin, le numéro un chinois, Xi Jinping, exprimait sa « générosité » lors du sommet Chine-Afrique en promettant aux pays africains qu’ils bénéficieraient de conditions avantageuses lors de la distribution massive des vaccins chinois.

Contrairement à Pfizer-BioNTech ou Moderna, la Chine et la Russie se targuent d’avoir développé des vaccins accessibles, conservables au réfrigérateur (ce qui facilite leur envoi et leur stockage dans les régions plus pauvres) et surtout disponibles. La majorité des pays du Maghreb, séduits par ces nombreux avantages, ont déjà commandé plusieurs millions de doses. Mais les inquiétudes à propos de l’efficacité réelle des vaccins chinois grandissent et les livraisons russes tardent. S’offre alors à eux une troisième option, elle aussi économique : le vaccin d’AstraZeneca, produit par le laboratoire indien Serum Institute of India, qui prévoit par ailleurs la fourniture de 200 millions de doses dans le cadre du Covax.

(Mise à jour le 22 mars 2021) 

Cliquez ici si la carte ne s’affiche pas correctement 

Essais cliniques 

Pour endiguer la pandémie, qui a déjà fait 2 millions de victimes dans le monde, des milliards de dollars ont été investis dans le développement des vaccins contre le Covid-19. Des centaines de laboratoires travaillent, depuis mars, à la recherche de la molécule miraculeuse. En moins d’un an, et alors que la durée moyenne de développement vaccinal est habituellement de douze ans, douze vaccins ont été approuvés pour un usage public et commercialisés en quantité limitée, dans une vingtaine de pays. Certains, telles la Chine et la Russie, ont brûlé les étapes classiques des essais cliniques en commençant par la phase III (tests à grande échelle sur des êtres humains) sans même avoir terminé la phase II. C’est ce qui a permis à Moscou de revendiquer la première place dans la « course au vaccin » avec son Spoutnik V, annoncé dès août 2020.

InfographieVaccinsCovidWeb_Nouveau_Crible

 

Les champions de la vaccination 

Alors que des millions d’Américains et de Chinois se sont déjà fait administrer leur fameuse injection dans le bras et qu’Israël s’approche à grands pas de l’immunité collective, 32 des 54 pays du continent africain n’ont, à ce jour, entamé de réelle campagne de vaccination.

(Mis à jour le 5 février 2021) 

Cliquez ici si le graphique ne s’affiche pas correctement 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte