Dossier

Cet article est issu du dossier «Tunisie : comment réanimer les hôpitaux ?»

Voir tout le sommaire
Technologie

Start-up : Instadeep, l’intelligence artificielle « made in Tunisia »

Réservé aux abonnés | | Par - à Tunis
Mis à jour le 15 février 2021 à 12h00
L’avenir s’annonce radieux pour Instadeep, qui figure parmi les 100 start-up de l’intelligence artificielle les plus prometteuses au monde.

L'avenir s'annonce radieux pour Instadeep, qui figure parmi les 100 start-up de l’intelligence artificielle les plus prometteuses au monde. © Instadeep

Partenariat avec BioNtech, levée de fonds, rapprochement avec les Émirats… La start-up tunisienne, cofondée par Karim Beguir et Zohra Slim, séduit de plus en plus d’opérateurs et de pays.

Ils se sont connus au lycée, ont eu des parcours différents mais ne se sont jamais perdus de vue. En 2014, Karim Beguir, polytechnicien diplômé en mathématiques appliquées de l’université de New York et Zohra Slim, brillante touche-à-tout mordue d’informatique, ancienne directrice d’une agence de communication numérique, fondent Instadeep avec un capital de 5 000 dinars et deux ordinateurs.

En l’espace de six ans, ils parviennent à faire de leur entreprise une des start-up les plus attrayantes du secteur de l’intelligence artificielle.

Parmi les plus prometteuses au monde

Leur promesse est alléchante. En simulant le raisonnement humain, la technologie mise au point par Instadeep permet de relever des défis d’optimisation et d’automatisation dans des environnements dynamiques et complexes. Ainsi, les entreprises gagnent du temps, de l’argent et deviennent plus compétitives.

La start-up fait rapidement mouche : elle séduit des opérateurs des secteurs de l’énergie, du transport et du high-tech en Afrique, en Europe et au Moyen-Orient. À Barcelone, en 2017, elle est sélectionnée parmi les vingt start-up à suivre lors du Mobile Word Congress (MWC). Un événement qui permet notamment à Karim Beguir de rencontrer Mark Zuckerberg, le patron de Facebook.

En mars 2020, Instadeep figurait parmi les 100 startups de l’intelligence artificielle les plus prometteuses au monde selon le cabinet d’études CB Insights. Cette reconnaissance internationale confirme le potentiel de la société, qui l’année précédente a levé 7 millions de dollars auprès des capitaux investisseurs AfricInvest et Endeavor Catalyst. Grâce à ce soutien, Instadeep emploie environ 120 personnes.

Et la pandémie de la Covid a donné à la jeune pousse une visibilité inattendue. Le 26 novembre, Karim Beguir a annoncé une collaboration stratégique avec le laboratoire allemand BioNtech, qui a développé, avec le géant américain Pfizer, l’un des premiers vaccins anti-Covid.

Rapprochement avec les Émirats

« C’est une association entre des techniques d’intelligence artificielle de pointe et tout ce qui se fait de mieux en matière de biotechnologie », explique Karim Beguir. La start-up ne travaillera pas sur le Covid mais fournira des systèmes d’intelligence artificielle pour le développement d’un vaccin permettant à l’organisme de contrer l’attaque des cellules par différents types de cancer.

Une annonce qui a quelque peu occulté une autre étape de l’expansion d’Instadeep : en partenariat avec le groupe émirati Seed, propriété de Sheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, fondateur de la compagnie Emirates et président de Dubaï World, la société entend aider les Émirats arabes unis à devenir un incubateur de technologies à l’horizon 2031. Un rapprochement qui permet dans le même temps à Instadeep de s’implanter dans la région.

Le chemin parcouru par les fondateurs, désormais installés à Londres, ne les néanmoins pas coupés du continent. Si la start-up possède des bureaux dans la capitale anglaise, à Dubaï, à Paris et à Tunis, elle est aussi présente à Lagos au Cap, avec la volonté de s’imposer en Afrique et d’y développer des talents.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer