Santé

Tunisie : la formule active du laboratoire Saiph pour bousculer le Top 3 de l’industrie

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 12 février 2021 à 17h52
Dans un atelier de l’usine Saiph.

Dans un atelier de l’usine Saiph. © SAIPH

Malgré le coronavirus, Saiph, le spécialiste tunisien des médicaments génériques, a doublé ses revenus à l’exportation. Fin 2021, son usine ivoirienne devrait débuter sa production. 

« Nous avons réalisé la meilleure évolution du marché ces cinq dernières années », se félicite Ramzi Sandi, directeur général des laboratoires Saiph depuis 2015.

Deuxième groupe pharmaceutique tunisien sur le marché local derrière Medis et cinquième en comptant les multinationales qui opèrent dans le pays (derrière Sanofi, Medis, Opalia et GSK), son laboratoire espère se hisser dans le top trois.

Premier fabricant de médicaments cardiovasculaires en Tunisie, Saiph y est aussi le premier fabricant d’antibiotiques génériques. L’entreprise y consacre 90 % de sa production. Elle produit par ailleurs des princeps sous licence pour des multinationales.

Sa recette : l’anticipation

Comme ses concurrents, le fabricant approvisionne en priorité le marché national, où trois médicaments sur quatre seraient réalisés localement. Cela ne représente que 50 % du marché en valeur car les médicaments à

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte