Politique

Tunisie : pourquoi le ministre de l’Intérieur Taoufik Charfeddine, proche de Kaïs Saïed, a été limogé 

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Taoufik Charfeddine, en septembre 2020 à Tunis.

Taoufik Charfeddine, en septembre 2020 à Tunis. © Slim Abid/AP/SIPA

Le limogeage du ministre de l’Intérieur Taoufik Charfeddine, le 5 janvier, par le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, qui assure désormais son intérim, s’explique surtout par les tensions accrues entre Carthage et la Kasbah.

Taoufik Charfeddine, dont le prédécesseur n’est autre qu’Hichem Mechichi lui-même, a certes effectué d’importantes nominations dans les sphères sécuritaires, sans l’accord des directeurs de la police et de la garde nationale et sans l’aval du chef du gouvernement. Ce vaste mouvement concernait une vingtaine de responsables, du pôle anti-terroriste, de la direction de la Sûreté nationale et de l’inspection générale de la garde nationale. Mais, selon nos sources à la Kasbah, le ministre de l’Intérieur paie également la mise à l’écart de Lazhar Loungou.

Services spéciaux

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte