Politique

Mali : Ibrahim Boubacar Keïta et son épouse guéris du Covid-19

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Ibrahim Boubacar Keïta et son épouse  Aminata Keïta Maïga, à la Maison Blanche, en août 2014.

Ibrahim Boubacar Keïta et son épouse Aminata Keïta Maïga, à la Maison Blanche, en août 2014. © President Barack Obama and First Lady Michelle Obama greet His Excellency Ibrahim Boubacar Keïta, President of the Republic of Mali, and Mrs. Keïta Aminata Maiga, in the Blue Room during a U.S.-Africa Leaders Summit dinner at the White House, Aug. 5, 2014. © Amanda Lucidon/Office of the White House

L’ex-président malien IBK et son épouse, Aminata Keïta Maïga, ont contracté le coronavirus durant les fêtes de fin d’année. 

L’ancien couple présidentiel a été testé positif au Covid-19 aux alentours du 20 décembre. Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) et Aminata Keïta Maïga sont restés asymptomatiques durant toute la période d’infection et n’ont connu aucune complication médicale.

Conseillés par Alpha Condé

L’ex-président et son épouse, qui sont toujours en résidence surveillée dans leur villa de Sébénikoro, à Bamako, ont de nouveau été testés fin décembre, avec un résultat cette fois négatif.

Durant leur période de convalescence, les militaires au sein des autorités de transition ainsi que le président guinéen Alpha Condé, vieux camarade socialiste d’IBK, ont tenté de convaincre le couple de se rendre préventivement à Abou Dhabi, où l’ancien chef de l’État a l’habitude de se faire soigner. Mais IBK et Aminata Keïta Maïga ont décliné cette proposition, estimant que leur état de santé ne nécessitait pas de quitter la capitale malienne.

Tous deux n’ont donc pas quitté Sébénikoro, où ils vivent toujours en résidence surveillée. Une mesure restrictive dont il arrive à IBK de se plaindre en privé auprès de ses anciens homologues.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte