Politique

Tunisie : entre Kaïs Saïed et l’UGTT, l’introuvable dialogue national

Réservé aux abonnés | | Par - à Tunis
Mis à jour le 04 janvier 2021 à 17h33
Le président tunisien Kaïs Saïed, le 25 juillet 2020.

Le président tunisien Kaïs Saïed, le 25 juillet 2020. © INHUA-REA

La centrale syndicale et le président tunisien sont tombés d’accord sur la tenue d’un dialogue national. Mais le malentendu demeure sur ses objectifs.

Depuis 2011, les initiatives de dialogue national lancées par l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) semblent être la solution de sortie de crise privilégiée en Tunisie. Après Carthage 1, qui avait été récompensé par le prix Nobel de la paix en 2015, et Carthage 2, qui avait tourné court en 2018, la centrale syndicale persiste à vouloir réunir partis et instances nationales pour dégager les priorités de la législature en cours.

Après un mois de discussions, la présidence de la République a confirmé, le 30 décembre, le soutien du président Kaïs Saïed à l’initiative soumise par l’UGTT. Ce troisième dialogue national ne sera sûrement pas le dernier. Sans se dédire, Carthage a toutefois tenu à préciser dans un communiqué publié deux minutes après l’annonce officielle que cette démarche devait avoir pour objectif « de corriger le processus de la révolution qui a été dévié » et a exigé la participation « des représentants des jeunes de toutes les régions de la République ».

Selon l’ancien ministre Mohamed Hamdi, « le communiqué de la présidence témoigne de la volonté de modifier le contenu de l’initiative proposée par l’UGTT ». En tout cas, le format est très différent de celui prévu par le syndicat, qui consiste à réunir de manière classique différents intervenants de la scène politique, dont des instances nationales, dans le but de s’accorder sur une feuille de route destinée au gouvernement.

Zones d’ombre

« Le président de la République paraît avoir rejeté le dialogue. Il semble, en même temps, qu’il a donné son accord sous la contrainte », commente Abdelkarim Harouni, président du conseil de la Choura d’Ennahdha. De fait, le locataire de Carthage pose de telles conditions au projet qu’il suscite plus de questions que d’enthousiasme.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte