Justice

Algérie : « Madame Maya », « fille cachée » de Bouteflika, condamnée à 12 ans de prison

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 31 décembre 2020 à 16h40
Abdelaziz Bouteflika, l’ancien président algérien, ici en 2009 (illustration).

Abdelaziz Bouteflika, l'ancien président algérien, ici en 2009 (illustration). © Sidali Djarboub/AP/SIPA

« Madame Maya » a été condamnée en appel à douze ans de prison pour blanchiment d’argent et trafic d’influence. Cette femme d’affaires algérienne avait prétendu être la fille du président déchu Abdelaziz Bouteflika.

La condamnation prononcée par un tribunal de Tipaza, près d’Alger, confirme la peine infligée en première instance, mi-octobre, par un tribunal algérois. Elle est assortie d’une amende de six millions de dinars (40.000 euros) et de la saisie de ses biens, selon le compte-rendu de l’APS, l’agence de presse d’État.

Zoulikha Nachinache, de son vrai nom, a notamment été reconnue coupable de blanchiment d’argent, trafic d’influence, dilapidation de deniers publics et de transfert illicite de devises vers l’étranger.

La quinquagénaire a reconnu lors de son procès avoir obtenu des avantages pour concrétiser ses projets d’investissement après l’intervention d’Abdelaziz Bouteflika mais elle a nié avoir prétendu être sa fille.

Le parquet avait requis en appel une peine de quinze ans de prison à son encontre et de dix ans contre ses deux filles, Imène et Farah. Ces dernières ont finalement écopé de cinq ans de prison.

La chute du système Bouteflika

Inconnue du grand public avant cette affaire, « Madame Maya » a bâti une fortune colossale sur une rumeur faisant d’elle la « fille cachée » de l’ancien chef d’État algérien et largement relayée par l’entourage de celui-ci.

Elle a ainsi bénéficié de nombreux privilèges et de la protection de hauts responsables, comme l’ancien puissant patron de la police Abdelghani Hamel. Mais son réseau d’influence s’est effondré avec la chute du président Bouteflika en avril 2019, chassé du pouvoir après vingt ans par le Hirak.

Les enquêteurs ont découvert une véritable caverne d’Ali Baba lors d’une perquisition de sa résidence à Moretti, une station balnéaire huppée de la banlieue d’Alger. Ils ont saisi près de 800 000 euros en dinars algériens, 270 000 euros, 30 000 dollars et 17 kilos de bijoux en or.

Elle a été jugée avec treize autres accusés parmi lesquels les anciens ministres Mohamed Ghazi et Abdelghani Zaalane, Abdelghani Hamel et plusieurs investisseurs. Ghazi et Hamel ont écopé de 10 ans de prison en appel et Zaalane de huit ans, dans cet énième scandale de corruption de la fin de l’ère Bouteflika.

La justice algérienne a lancé une série d’enquêtes pour corruption après ce départ forcé. Les condamnations en série à de lourdes peines ont dévoilé l’ampleur des fortunes amassées par l’entourage de l’ancien chef d’État.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer