Économie

Cedeao : la réforme CFA/eco, victime collatérale du Covid-19

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 27 janvier 2021 à 17:34

Franc CFA (image d’illustration) © Jeune Afrique

Réunis le 23 janvier, les pays de la Cedeao ont reporté d’un an le démarrage de leur nouveau « pacte » de convergence et demandé un nouveau planning pour le lancement de leur monnaie commune.*

Conviés par vidéoconférence le 23 janvier 2021, à leur 58e session ordinaire sous la présidence du Ghanéen Nana Akufo-Addo, les chefs d’État de la Cedeao ont pris « note de la détérioration de la situation en matière de convergence macroéconomique en 2020 ». Le taux de croissance du PIB devrait être négatif de -1,7 % en 2020, après une croissance réelle de +3,9 % en 2019, ont regretté les dirigeants de la Communauté.

Par conséquent, ils ont approuvé « une dérogation concernant le respect des critères de convergence macroéconomique en 2021 ». Ils ont également demandé à la Commission de la Cedeao et aux banques centrales régionales et nationales de préparer le projet du « nouveau Pacte de convergence et de stabilité macroéconomique entre les États membres de la Cedeao, avec le 1er janvier 2022 comme date de début de la phase de convergence ».

Conséquence logique de ce décalage : le report du chantier de lancement de la future monnaie commune de la communauté, ses dirigeants ayant demandé aux autorités monétaires et à la commission de travailler à une « nouvelle feuille de route du Programme de la monnaie unique de la Cedeao ».