Politique économique

La réforme franc CFA/eco, victime collatérale du Covid-19 ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 01 janvier 2021 à 10h45
Franc CFA (image d’illustration)

Franc CFA (image d'illustration) © Jeune Afrique

Si la crise et son lot d’incertitudes ont affecté le calendrier de cette réforme monétaire, d’autres facteurs ont également pesé. Décryptage.

Publié début décembre, le Rapport sur la politique monétaire dans l’UMOA de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), laisse peu de doute sur la sévérité de la situation macroéconomique des huit pays de l’Union.

La situation des comptes publics s’est dégradée

« Pour l’ensemble de l’année 2020, les dernières prévisions situent le taux de croissance du PIB de l’Union à 0,9 % contre 5,8 % en 2019 », écrivent les services du gouverneur Tiémoko Koné, qui notent que cette prévision est d’ailleurs supérieure à celle du FMI (0,3 %).

Parallèlement, la situation des comptes publics s’est dégradée. « En effet, le déficit budgétaire s’est chiffré à 3 742,1 milliards [de F CFA] ou 5,5 % du PIB à fin septembre 2020 contre 1 576,3 milliards ou 2,4 % du PIB un an plus tôt ».

Pour ne rien arranger, « pour l’ensemble de l’année 2020, le taux d’inflation est projeté à 2,2 % après -0,7 % en 2019 », souligne le rapport de la BCEAO.

De son côté, la Commission de l’Uemoa table elle sur une reprise en 2021, avec une croissance de +5,9 % dans la zone monétaire, selon son « Rapport semestriel d’exécution de la surveillance multilatérale », qui note cependant que « le taux d’endettement de l’Union en 2020 ressortirait à 49,3 %, en hausse de 5,2 points par rapport à 2019″.

Un calendrier « chamboulé »

À la vue de ces données inquiétantes, il ne paraît guère surprenant que la réforme du franc CFA décidée en décembre 2019 par les présidents Alassane Ouattara et Emmanuel Macron, et la transformation de cette devise en « eco », future monnaie commune des pays de la Cedeao, ait enregistré quelques retards.

Le mois de juillet 2020, évoqué officieusement comme celui du passage du franc CFA à l’eco, s’est écoulé sans aucune avancée majeure.Faut-il en conclure pour autant que cette transition, si attendue, a été torpillée par la crise sanitaire et économique due au Covid-19 ?

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte