Société

Sénégal : #Birrhopital, le cri de colère des étudiants en médecine

Mis à jour le 5 janvier 2021 à 10:08

Un bénévole distribue des désinfectants pour les mains devant le bureau médical de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, à Dakar, Sénégal, le 16 mars 2020. © Eddy Peters/Xinhua/REA

Ni rémunérés ni reconnus lorsqu’ils travaillent à l’hôpital, les étudiants en médecine dénoncent la précarité de leur profession. Et demandent à être mieux protégés, alors que le Sénégal redoute une « deuxième vague » de Covid-19.

Sadio Ousmane Diedhiou est étudiant. Cette année, il devait soutenir sa thèse de docteur en médecine. Mais le jeune homme souffre d’aplasie médullaire, une pathologie qui nécessite une greffe de moelle osseuse. L’opération est coûteuse : 280 millions de FCFA (plus de 426 000 euros) sont nécessaires pour le soigner. Pour la financer, ses proches ont décidé de lancer une cagnotte en ligne : « Aidez un jeune médecin sénégalais à continuer à sauver des vies », réclament-ils.

L’étudiant a travaillé plusieurs années au sein de l’hôpital public sénégalais, mais sans avoir les moyens de s’y soigner. Une aberration qui provoque la colère de ses camarades d’université. Pour alerter l’opinion, ils décident de partager leurs expériences sur les réseaux sociaux. Sous le hashtag #Birrhopital [dans l’hôpital], ils livrent témoignages et coups de gueule. « Aller à l’hôpital par tes propres moyens pour un stage non rémunéré et te retrouver à payer les soins de certains de tes malades », dénonce l’un deux. « Les étudiants disent oui à tous les genres de tâches, comme gérer un patient Covid ou faire des gardes non payées », déplore un autre.

« Ni statut, ni reconnaissance »

Avant leur doctorat, les étudiants en médecine ne sont en effet ni payés ni indemnisés pour les stages qu’ils effectuent au cours de leurs études. Transport et nourriture restent à leur charge, tout comme le matériel médical. Ceux qui ne peuvent être soutenus par leur famille ne peuvent compter que sur leur bourse mensuelle de 65 000 FCFA (100 euros) pour subvenir à leurs besoins.

 

Nous effectuons quasiment le travail d’un médecin. Mais nous ne bénéficions d’aucun statut, et d’aucune reconnaissance

Surtout, ils ne bénéficient d’aucune protection ou assurance. « On parle de stage, mais lorsque nous travaillons à l’hôpital, ça n’a rien d’un stage. Nous effectuons quasiment le travail d’un médecin. Mais nous ne bénéficions d’aucun statut, et d’aucune reconnaissance », dénonce Moustapha Diallo.

À 25 ans, le jeune homme fait partie de la « ProsMed2020 », la promotion des 450 étudiants en 7e année de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il fait partie de ceux qui ont lancé le mouvement Birrhopital, pour, dit-il, « alerter les gens sur la situation des étudiants en médecine ». Ils réclament a minima un statut spécial et une assurance leur permettant de se faire soigner lorsqu’ils en ont besoin.

Pour continuer leurs études, certains de ces étudiants sont obligés de cumuler, en plus de leurs cours et de leurs stages, une activité supplémentaire. Pour 100 000 FCFA (150 euros) par mois, Amar Haydara, 24 ans, a travaillé près d’une année dans une clinique privée, où il effectuait 4 gardes de 12 heures par nuit par semaine et des permanences le week-end. Sans contrat.

« Les directeurs des structures privées te font savoir qu’ils te font une “faveur” en t’embauchant, car tu n’es pas diplômé. Mais j’ai de la chance d’avoir pu exercer mon activité annexe dans le domaine médical. Ce n’est pas le cas de tout le monde », confie l’étudiant.

Le ministère de la Santé renvoie la balle à celui de l’Enseignement supérieur, dont dépendent les étudiants. « Les élèves-médecins font des stages hospitaliers qui rentrent dans le cadre de leur formation, justifie Ousmane Guèye, le directeur du service national de l’éducation et de la formation pour la santé. Ils dépendent du Centre des œuvres universitaires qui doit les prendre en charge, notamment s’ils sont malades. » Les évacuations sanitaires, en revanche, ne font pas partie de cette prise en charge.

Manque de moyens

Les équipes du ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr ont toutefois accepté de rencontrer une délégation d’étudiants au sujet de leur camarade malade, et promis de verser une contribution financière qui s’élève à 5 millions de FCFA. « Cette situation est choquante et anormale mais ne peut être la responsabilité de notre ministère, qui s’est néanmoins engagé à accompagner cet étudiant et pourrait participer à son évacuation », affirme Ousmane Guèye.

Lorsqu’il s’agit de protection, les étudiants arrivent toujours en bas de la liste

Une circulaire du ministre de la Santé demande également aux responsables des centres de santé où sont formés les étudiants de les soigner en cas de besoin. Une mesure loin d’être appliquée de manière systématique, à en croire les étudiants interrogés par Jeune Afrique. « Évidemment, toute personne ne peut faire que ce qu’elle a les moyens de faire, reconnaît Ousmane Guèye. Si l’étudiant a besoin d’un IRM dans un service qui ne dispose pas de l’équipement nécessaire, il ne pourra pas être pris en charge. »

Souvent cité en exemple comme modèle de résilience face au Covid-19, l’hôpital sénégalais souffre toutefois d’un manque de moyens pouvant se révéler dramatique. Et lorsqu’il s’agit de protection, les étudiants arrivent toujours en bas de la liste. Blouses, masques, gants… : c’est à eux de se procurer ce dont ils ont besoin.

Mesures spéciales Covid-19

Des efforts supplémentaires ont néanmoins été faits dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Le 15 mars 2020, le virus commence tout juste à se propager au Sénégal lorsque Alioune N’diaye, en sixième année de médecine, se porte volontaire pour traiter les malades à Touba, à 200 kilomètres de Dakar.

Recruté par le Centre des opérations d’urgences sanitaires (Cous), le jeune homme passe plusieurs mois dans un centre de traitement extra-hospitalier (CTE). Ces établissements ont été spécialement mis en place par l’État pour éviter l’engorgement des hôpitaux.

Des étudiants attendent de quitter l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, à Dakar, au Sénégal, le 16 mars 2020.

Des étudiants attendent de quitter l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, à Dakar, au Sénégal, le 16 mars 2020. © Eddy Peters/Xinhua/REA

Là-bas, il dispose de tout l’équipement nécessaire, d’un logement, d’une formation et d’un per diem qui représente à la fin du mois une somme largement supérieure à sa bourse mensuelle. « J’ai eu de la chance, car beaucoup de mes camarades ont fait la même chose sans avoir rien perçu », affirme-t-il. Habitué au matériel « low cost » réservé aux étudiants en médecine, il se dit peu optimiste.

C’est dommage qu’il ait fallu attendre le Covid pour qu’on pense à équiper les hôpitaux

« On critique parfois les médecins, en disant qu’on est orgueilleux ou qu’on court après l’argent. Mais si le médecin vous présente l’ordonnance avant même de vous prodiguer les soins, c’est parce qu’il n’a pas le stock nécessaire. S’il ne met pas de gants avant de vous examiner, c’est qu’il n’en a pas, même pour sa propre sécurité, affirme-t-il. C’est dommage qu’il ait fallu attendre le Covid pour qu’on pense à équiper les hôpitaux. Mais c’est l’occasion ou jamais d’attirer l’attention sur notre situation », ajoute le futur médecin.

Menace d’une « deuxième vague »

Les étudiants ont en effet tenté d’interpeller les autorités. Peut-être ont-ils suivi la visite du président à l’hôpital de Fann, où Macky Sall s’est rendu le 30 décembre pour inaugurer les nouveaux locaux du service des maladies infectieuses et tropicales.« Si j’ai tenu à présider personnellement [cette] cérémonie, c’est pour marquer la priorité élevée que j’accorde à l’amélioration des systèmes de santé, a déclaré le président, appelant à « la vigilance et la responsabilité de tous pour le respect strict des gestes barrières ».

Un message lancé à la population alors que le Covid-19 progresse depuis plusieurs semaines au Sénégal. Le 4 janvier, les autorités établissaient à 106 le nombre de nouveaux cas, pour 19 803 cas positifs en tout, avec 54 cas graves.

« La population a confondu la baisse de cas observés en août avec la fin du Covid, ce qui a entraîné une diminution de leur vigilance et une recrudescence des contaminations à partir de la mi-novembre », regrette Ousmane Guèye.

Nous avons de bons médecins, mais nous ne pouvons pas offrir à la population sénégalaise des soins de qualité. »

Et ce malgré les mesures restrictives décidées pour limiter la contagion, comme la fermeture des bars et des restaurants à partir de 23 heures, ou l’accès interdit aux plages. Si les contaminations continuent d’augmenter, les étudiants pourraient être à nouveau mis à contribution au sein des 1 700 places disponibles pour les malades du Covid dans les CTE.

Le jour même de sa visite à l’hôpital Fann, le chef de l’État enjoignait le ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, à « accélérer les réformes du système de santé en veillant à l’entretien des infrastructures et équipements, ainsi qu’à la productivité optimale des personnels de santé. »

« Aujourd’hui, nous avons de bons médecins, mais nous ne pouvons pas offrir à la population sénégalaise des soins de qualité, observe Alioune N’diaye. Bien sûr, cela dégoûte certains étudiants qui arrêtent leurs études. Mais le pire, c’est que ceux qui finissent par devenir médecins vont aller travailler à l’étranger, où leurs conditions seront meilleures. »