Politique

Au Cameroun, le MRC à la croisée des chemins

Réservé aux abonnés | | Par - à Yaoundé
Maurice Kamto, à Yaoundé, le 8 octobre 2018.

Maurice Kamto, à Yaoundé, le 8 octobre 2018. © Zohra Bensemra/REUTERS

Placé, de fait, en résidence surveillée pendant presque trois mois, Maurice Kamto doit maintenant reprendre la main et décider quelle doit être la stratégie de son parti. Sans que ses choix ne jouent en défaveur des militants toujours emprisonnés.

Ce mardi 15 décembre à Odza, dans la périphérie de Yaoundé, le siège du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) connaît une animation que les riverains n’avaient plus observée depuis près de trois mois. Et pour cause : pour la première fois depuis la levée du dispositif sécuritaire qui a retenu Maurice Kamto à son domicile du 21 septembre au 11 décembre dernier, les membres de la direction du parti se sont réunis en conclave.

Maurice Kamto, 66 ans, dévoile des cheveux grisonnants, mais n’a rien perdu de sa vivacité et enchaîne, sans interruption, plus de 5 heures de réunion. Selon des participants, il s’agissait d’une rencontre stratégique visant à « définir les prochaines actions à mener par le parti » après la répression l’ayant ciblé. 

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte