Agroalimentaire

El Sahely étend son emprise dans l’agro-industrie centrafricaine

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 18 décembre 2020 à 17h45
Fabrication d’huile de palme (photo d’illustration)

Fabrication d'huile de palme (photo d'illustration) © Jacques Torregano pour JA

Le groupe de Jamal El Sahely se diversifie dans l’agro-industrie en Centrafrique : après l’huile de palme, il lance sa filière maïs en s’associant à des coopératives.

Dans la famille El Sahely, je demande le benjamin. Originaire du Sud Liban, la famille est devenue leader de l’industrie des boissons en Angola, au Cameroun, en Centrafrique, au Congo et en Zambie. Quatre frères, quatre groupes répartis dans quatre pays : c’est en Centrafrique que le benjamin de la famille, Jamal El Sahely, a implanté le sien.

Déjà propriétaire de quatre entreprises dans les secteurs forestier et de transport centrafricains, le groupe El Sahely, à la recherche de plus de visibilité, a racheté en 2012 la société Husaca, une entreprise d’huilerie et de la savonnerie appartenant à la famille Skaiky (autre groupe familial de la diaspora libanaise).

Jamal El Sahely croit aux opportunités de l’agro-business dans le pays, il veut même y conduire une « révolution agricole ». Malgré l’insistance de ses frères qui l’invitent à rejoindre leurs activités, il saisit l’occasion et devance le groupe familial centrafricain Kamach – présent notamment dans les mines et le bois – en proposant une offre à la famille Skaiky qui accepte. L’un des fils, Raed Hariri reste dans l’entreprise en tant que directeur général.

Se relever du coup d’État

Mais un an plus tard, en 2013, le coup d’État qui renverse le président de l’époque, François Bozizé, atteint sérieusement le groupe. L’entreprise est « complètement » pillée en 2013. « Nous avons alors perdu environ 60 % de notre chiffre d’affaires qui était passé de 4 milliards F CFA à 1,5 milliard », se remémore Raed Hariri, directeur général de S.N Husaca, forte aujourd’hui d’un chiffre d’affaires de 6 milliards de F CFA.

En quête d’élan, l’entreprise dessine une nouvelle stratégie. Elle a d’abord lancé sa palmeraie en 2012 avec une plantation industrielle et villageoise d’environ 3000 hectares. Puis un financement de coopératives agricoles associées pour la culture industrielle du maïs a été mis sur pied.

Husica exploite directement aujourd’hui un peu plus de 5000 d’hectares de maïs et rassemble, aujourd’hui, plus 5000 cultivateurs. Les productions sont passées de 600 kg de graines de maïs par hectare, à 2500 kg, en deux ans.

« Nous leur fournissons des intrants constitués de semences, d’engrais, etc… pour booster leur production. On récupère ensuite les récoltes qu’on vend, avant de leur reverser les bénéfices », explique le DG Raed Hariri.

Inviter les agriculteurs à se regrouper

Le Programme alimentaire mondial a même engagé le groupe comme l’un de ses fournisseurs en farine de maïs fortifiés à qui il vend directement sa production, distribuée ensuite dans le pays. Depuis, le groupe a agrandi son magasin en s’offrant plus de nouveaux matériels agricoles.

En se lançant dans l’agro-industrie, El Sahely Jamal s’offre une place de premier rang dans un pays à grande potentialité agricole mais qui ne bénéficie que d’un faible appui de l’ État (un peu plus de 2 % du budget en 2019)

Raed Hariri qui dirige deux des quatre entreprises du groupe El Sahely (Husaca présent dans le maïs et la savonnerie, ainsi que Palmeraie d’or dans l’huilerie), a pensé le slogan « le combat pour la fin de la faim » et encourage des paysans à s’associer. « En se regroupant: ils ont plus de bras et plus d’idées pour être dans l’agro-industrie davantage que dans l’agriculture du ventre », fait-il valoir.

Expérimentée dans le Sud et le centre du pays, l’initiative a permis au groupe de couvrir petit à petit d’autres régions, selon ses responsables. Ralenti par la crise sanitaire mondiale liée au Covid-19, le groupe El Sahely qui revendique 30 milliards de chiffre d’affaires aujourd’hui, devait lancer sa raffinerie d’huile végétale cette année, mais il devra encore patienter.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte