Cinéma

Hommage à Noureddine Saïl, le Monsieur cinéma du Maroc

| Par
Mis à jour le 18 décembre 2020 à 14h29
Nouredddine Saïl est décédé du coronavirus à l’âge de 73 ans

Nouredddine Saïl est décédé du coronavirus à l’âge de 73 ans © Bruno LEVY pour JA

Le 15 décembre, c’est un pionnier du septième art marocain qui s’en est allé. Toute sa vie, Noureddine Saïl s’est battu pour développer l’industrie et la création cinématographique dans son pays et en Afrique.

Le Covid-19 l’a emporté : Noureddine Saïl est mort dans la nuit du 15 au 16 décembre à l’âge de 73 ans. Celui que tout le monde considérait à juste titre comme l’homme-cinéma du Maroc et comme une grande figure du cinéma africain disparaît. Un homme de caractère mais aussi un homme d’action, parfois craint mais toujours respecté, qui a consacré sa vie au rayonnement du septième art sur le continent.

Impossible de ne pas être frappé par sa personnalité et sa grande culture quand l’on croisait son chemin. La première fois que nous l’avions vu, c’était il y a une trentaine d’années au Fespaco de Ouagadougou, où nous avions été étonné et séduit, lors d’un colloque quelque peu convenu, par la brillante intervention d’un orateur. Capable de disserter sans pédanterie et avec une évidente compétence sur l’avenir du cinéma africain en citant toute une série de grands penseurs à commencer par Lacan, Nour-Eddine Saïl tranchait assurément avec ses camarades de la tribune.

Nous aurons l’occasion pendant toutes les années qui suivront, au Maroc comme ailleurs en Afrique ou en France, lors de festivals ou en tête-à-tête, de mesurer toute l’étendue de son savoir et de sa passion pour le cinéma.

Un pionnier très écouté

Formé à la philosophie, qu’il enseigna un temps après la fin de ses études en 1968, parti en 1970 pour deux ans au Liban aider les réfugiés palestiniens sous l’égide de l’ONU, il passa rapidement du militantisme d’extrême-gauche au militantisme culturel, le combat de sa vie. Cinéphile de toujours, c’est en pionnier qu’il fonde, en 1973, avec quelques autres, la Fédération nationale des ciné-clubs du Maroc. Il la présidera pendant une dizaine d’années, attaché à montrer aux Marocains non seulement les classiques du cinéma soviétique ou ce qu’on n’appelait pas encore les cinémas du Sud mais aussi le cinéma américain : pas question de sacrifier John Ford sur l’autel d’Eisenstein ou de Glauber Rocha.

Nombre de cinéastes disent volontiers devoir leur vocation à Noureddine Saïl

À partir de 1977, il organise le festjval du film de Khouribga, le premier au Maroc, tourné vers la production du continent, et qui a récemment fêté ses quarante ans. Il se fait ensuite connaître d’un large public grâce à une émission de radio très écoutée, « Écran noir », qui lui permet de démontrer un talent remarquable et remarqué de critique de cinéma. Nombre de cinéastes marocains disent volontiers devoir leur vocation à l’écoute de Noureddine Saïl à cette époque.

Bond en avant

Il occupe ensuite, des années 1990 au début des années 2000, plusieurs postes de responsabilité dans le secteur du petit écran. Il est ainsi directeur des programmes de la Radio-télévision marocaine (RTM) puis de Canal + Horizons, consacrée à l’Afrique francophone, avant de prendre la tête de la deuxième chaîne marocaine, 2M. Mais sans jamais oublier le grand écran : il introduit par exemple un « ciné-club » à la RTM et multiplie les programmations de films sur 2M tout en commandant des téléfilms à de véritables auteurs.

En 2003, il est nommé à la tête du Centre cinématographique marocain, un poste vraiment fait pour lui qu’il occupe pendant un peu plus d’une dizaine d’années. Il s’emploie alors avec acharnement à développer à la fois l’industrie et la création cinématographique dans son pays. C’est l’époque où les tournages étrangers très rémunérateurs se multiplient dans le royaume et, surtout, où la production nationale fait un bond en avant spectaculaire : le Maroc passe en quelques année de deux ou trois longs métrages réalisés chaque année à environ vingt-cinq. Trop, diront même certains, alors que le directeur du CCM, exemples à l’appui, soutiendra toujours que « c’est de la quantité que naît la qualité ».

Son seul échec : il ne pourra pas rééditer sur le terrain de l’exploitation ce qu’il a réussi en matière de production, autrement dit redynamiser le réseau des salles, en grande difficulté. Alors que suffisamment de films marocains – les plus demandés par le public – étaient désormais disponibles pour être projetés sur les écrans, il voulait enfin passer à cette étape pour finir son œuvre de reconstruction du cinéma national. Limogé brutalement par un ministre de la culture islamiste au milieu des années 2010, il n’en aura pas eu le loisir.

Scénarios et littérature

Mais Noureddine Saïl continuera à œuvrer au service du septième art, notamment en apportant son appui à diverses manifestations. Faute de réussir à trouver les financements nécessaires pour créer une fondation pour le développement du cinéma africain, un projet qui lui tenait à cœur.

Il fut le scénariste de plusieurs des meilleurs films marocains, dont Badis

On se souviendra du « Monsieur cinéma » du Maroc comme d’un entrepreneur au service du septième art. Mais ce bon vivant, gastronome et amateur de grands crus, qu’il aimait faire découvrir à ses invités, avait plus d’une corde à son arc. Il a également laissé sa trace en tant qu’auteur. Sait-on qu’il fut le scénariste de plusieurs des meilleurs films marocains, notamment de Badis, ce petit chef d’œuvre du réalisateur Mohamed Abderrahman Tazi. Et que, romancier, il a réussi un petit exploit littéraire à la mode de l’Oulipo en écrivant un ouvrage, L’Ombre du chroniqueur, où la lettre a est absente du début à la fin. Une réplique à La Disparition de Georges Pérec, où n’apparaissait pas la lettre e. L’organisateur et le critique, l’ami d’Edgar Morin et de Régis Debray, était aussi un athlète de la littérature.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte