Politique

Tunisie : le rappeur K2 Rhym, ancien gendre de Ben Ali et futur homme politique ?

| Par - à Tunis
Mis à jour le 17 décembre 2020 à 10h22
K2 Rhym avec Naoufel Ouertani sur la chaîne Attessia© DOC TV ATESSIA

K2 Rhym avec Naoufel Ouertani sur la chaîne Attessia© DOC TV ATESSIA © DOC TV ATESSIA

Le rappeur K2 Rhym, ex-époux de Nesrine Ben Ali, prépare-t-il sa reconversion dans la politique ? Ses interventions médiatiques et ses actions caritatives rappellent le précédent Nabil Karoui…

C’est sapé comme jamais que K2 Rhym se soumet à la déferlante de questions de Naoufel Ouertani sur la chaîne Attessia à une heure de grande écoute, le 12 décembre. À 40 ans, avec son costume sombre de belle facture et sa cravate grise assortie, le rappeur n’a jamais été aussi élégant. Pas même lors de son mariage en 2019 avec Nesrine, la troisième des filles de l’ex-président Ben Ali, dont il s’est séparé depuis. Sur le plateau, tout se passe comme si Karim Gharbi – son vrai nom –, en délaissant ses fourrures et ses tenues extravagantes pour une sobriété de bon ton, tentait de gommer sa réputation de bad boy.

Des moutons et des masques

Le rappeur, qui a notamment côtoyé Snoop Dogg, s’affiche désormais en bon samaritain qui compte restaurer les écoles et les lycées laissés à l’abandon en Tunisie. Un objectif louable, d’autant que les infrastructures d’éducation et de santé du pays sont particulièrement délabrées, faute de budget et d’entretien.

Si, K2 Rhym, natif de Ksar Saïd, quartier périphérique de Tunis, aime l’ostentatoire, exhibe volontiers ses tatouages et sa musculature et est plus familier du monde de la nuit que de celui de la bienfaisance, il semble pourtant y avoir pris goût et rappelle qu’il a été désigné ambassadeur de bonne volonté par l’ONU en 2017.

C’est à ce genre de personnes que s’identifient les jeunes Tunisiens »

Une nomination qui n’a pas été suivie d’actions référencées ou rendues publiques par l’organisme mais le rappeur n’en est pas à sa première action en Tunisie. En moins d’un an, il a abondamment médiatisé sa prise en charge de 14 enfants de l’association La Voix de l’enfant de Nabeul, son don de moutons aux plus démunis pour l’Aïd, sans compter la fourniture d’équipements sanitaires et de masques destinés aux hôpitaux, dont celui de Kasserine, un gouvernorat dans lequel il lance des chantiers de restauration d’écoles.

 

« Je vais reconstruire cette patrie », assène tout de go Karim Gharbi. Une volonté de pallier à lui seul les défaillances de l’État qui interpelle à plus d’un titre. « Mais attention, c’est à ce genre de personnes que s’identifient les jeunes Tunisiens », assure le spécialiste en communication politique Kerim Bouzouita.

Certains voient dans le parcours du rappeur une leçon de vie. Parti de rien, il s’est fait tout seul, jusqu’à s’imposer comme un véritable businessman dans le monde de la musique au Moyen-Orient, à la fois musicien et producteur. Après avoir débarqué à Paris à l’âge de 15 ans, il a signé avec EMI France puis Virgin Middle East. Reconnu comme une bête de scène, il a été nominé dans la catégorie meilleur artiste du Moyen-Orient au MTV Awards en 2012 et a reçu le prix du meilleur rappeur du Moyen-Orient en 2015. L’émission « Urban fen », qu’il a animée sur Hannibal TV, lui a donné une importante visibilité dans le monde arabe. Mais s’il a essentiellement évolué artistiquement dans les pays du Golfe et la péninsule arabique, il n’a jamais perdu de vue la Tunisie.

Dans la famille Ben Ali… et Escobar

Bourreau des cœurs ou homme à femmes, K2 Rhym assume ses conquêtes, surtout quand elles contribuent à sa réputation sulfureuse. Après s’être marié avec Nesrine Ben Ali – dont il a fait tatouer le prénom sur sa main – et avoir assuré être en relation avec la fille de Pablo Escobar, il s’affiche sur Instagram avec Manuelle Découper, fille d’un autre baron de la drogue.

Mais l’homme n’a que faire des ragots qui lui prêtent des relations dans le milieu et ne daigne pas répondre sur l’origine de sa fortune. Les médias devront se contenter d’un laconique : « J’ai réussi ma vie, je me suis fait beaucoup d’argent ».

Pour certains, l’action de K2 Rhym est téléguidée par son ex belle-mère, Leïla Ben Ali

Il n’empêche : la question de sa fortune est une faille exploitée par ses détracteurs, essentiellement des sympathisants du président Kaïs Saïed. C’est que K2 Rhym n’échappe pas à la comparaison avec l’homme d’affaires Nabil Karoui – fondateur de Qalb Tounes et candidat malheureux à la présidentielle de 2019 – qui avait fait de la bienfaisance un tremplin vers la politique. De quoi lui prêter des ambitions politiques… et imaginer les scénarios les plus délirants.

Certains assurent ainsi que l’action menée par K2 Rhym est téléguidée par son ex belle-mère, Leïla Ben Ali, qui « prépare le retour du clan Trabelsi en Tunisie ».  Son union avec Nesrine Ben Ali et leurs photos divulguées sur les réseaux sociaux avaient d’ailleurs levé le voile sur le devenir de la famille du président en exil en Arabie saoudite.

Mais le rappeur ne se perd pas en vains discours et assure vouloir tout simplement aider le pays. Alors qu’il s’est récemment affiché à Kasserine aux côtés de Rim Abdennadher et de Hajer Driss, toutes deux représentantes de la société civile, il affirme n’avoir aucun objectif politique. Seul l’avenir le dira.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte