Politique

Burkina : Vincent Dabilgou, nouveau « faiseur de rois » à l’Assemblée ?

Réservé aux abonnés | | Par - à Ouagadougou
Vincent Dabilgou, le ministre des Transports du Burkina Faso

Vincent Dabilgou, le ministre des Transports du Burkina Faso © Ministère des Transports du Burkina Faso

Le ministre burkinabè des Transports savoure la victoire de son parti aux législatives, qui l’a placé au cœur du jeu d’alliances au sein de la mouvance présidentielle. De quoi aiguiser ses appétits politiques ?

Ministre des Transports du gouvernement sortant, Vincent Dabilgou a créé la surprise lors des législatives du 22 novembre dernier. Son parti, le Nouveau temps pour la démocratie (NTD), a remporté treize sièges, contre trois dans l’Assemblée nationale sortante. Si ces résultats provisoires proclamés par la Commission électoral nationale indépendante (Ceni) doivent encore être confirmés par la Cour constitutionnelle le 20 décembre prochain, il s’agit d’une véritable percée pour le NTD, qui confirme l’ascension politique de Vincent Dabilgou au sein de la mouvance présidentielle.

Le ministre sort d’autant plus renforcé de ce scrutin que le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) n’a pas à lui seul la majorité absolue au sein du parlement. Si le parti de Roch Marc Christian Kaboré progresse d’un siège par rapport à 2015 (56 élus, contre 55 auparavant), il devra composer avec les différents partis de la mouvance. Et en premier lieu, donc, le NTD désormais deuxième force politique au sein de la majorité. De quoi permettre à Vincent Dabilgou de prétendre à un ministère plus important ? Voire de négocier plusieurs portefeuilles pour les cadres de son parti ?

Irrésistible ascension

Cet ingénieur en génie civil de 57 ans, formé à l’École nationale d’ingénieurs de Bamako est loin d’être un nouveau venu sur la scène politique burkinabè. Plusieurs fois ministre et ancien conseiller spécial du Premier ministre Luc Adolphe Tiao, il a fait ses premières armes sous Blaise Compaoré. Ce dernier lui confie le portefeuille de l’Habitat et de l’Urbanisme à partir de 2007 et il est élu député sous les couleurs de son parti, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). C’est en 2015, quelques mois après sa chute, qu’il crée le NTD.

Mais, comme plusieurs caciques de l’ancienne majorité CDP, il voit alors sa candidature aux législatives rejetée par la Ceni, en vertu de la loi écartant de la compétition ceux qui avaient soutenu le projet de modification de la Constitution visant à permettre à Compaoré de briguer un cinquième mandat.

Qu’à cela ne tienne, ce proche du président du MPP, Simon Compaoré – il était directeur technique des services municipaux lorsque ce dernier était maire de Ouagadougou – se remet rapidement en selle. Avec ses trois députés à l’Assemblée, le NTD devient au cours du premier mandat de Roch Marc Christian Kaboré l’un des principaux alliés du parti au pouvoir, à l’image de la formation d’obédience sankariste UNIR/PS de Me Bénéwendé Stanislas Sankara.

Vincent Dabilgou fait son entrée dans le gouvernement Paul Kaba Thieba II à la faveur du remaniement de janvier 2018. Aux Transports, cet « homme de dossiers » va notamment piloter les discussions sur le très sensible projet de chemin de fer Ouagadougou-Accra. Sur ce dossier, les choses ont singulièrement avancé. Après avoir confié l’assistance technique du projet au groupement Engineering Team-Vision Consult, qui a bouclé l’étude de faisabilité, le Burkina et le Ghana ont, en mai 2019, retenu trois sociétés pour l’exécution des travaux : l’une chinoise, l’autre européenne et la troisième américaine.

C’est encore lui qui a conduit les négociations pour la prise de contrôle du transporteur aérien public Air Burkina par la société African Global Development, basée en Floride, après le départ de l’Aga Khan en 2017. Un accord stratégique qui donne un bol d’air à la doyenne des compagnies aériennes ouest-africaines et lui permet d’entrevoir un nouveau plan de vol grâce aux 900 millions de dollars d’investissement annoncés par le repreneur pour augmenter le capital actuel estimé à 691 millions de F CFA (1,3 millions de dollars), doper la flotte et ériger un centre de maintenance industriel ainsi qu’une académie aéronautique.

Un « satellite » du MPP ?

Sur le plan politique, Vincent Dabilgou pourra-t-il capitaliser sur le succès engrangé par son parti aux législatives ? Il lui faudra pour cela faire mentir ceux qui, au sein même de son camp, estiment que le NTD n’est en fait qu’un « satellite » du MPP. « Le NTD récupère les cadres du MPP qui n’ont pas pu obtenir de bonnes places sur les listes du parti présidentiel, juge un membre du Mouvement sous couvert d’anonymat. Et cela, avec la bénédiction de Simon Compaoré et de Clément Sawadogo [l’ancien ministre de la Sécurité], deux poids lourds de la formation. »

Les résultats du NTD confortent en fait le leadership de Simon Compaoré

L’analyste politique Siaka Coulibaly ne croit pas non plus au rôle « d’arbitre » du NTD au sein d’une majorité présidentielle reconfigurée. À moins que Dabilgou ne se décide à prendre de la distance avec la stratégie du « grand frère » MPP. « On ne peut pas qualifier le NTD de « faiseur de rois » : il appartenait déjà à la majorité présidentielle et parlementaire dans le quinquennat passé », souligne le politologue.

Pour Siaka Coulibaly, le bon score du NTD ne s’explique d’ailleurs que par ses liens très resserrés avec le parti présidentiel. « Le NTD ne se conçoit pas comme un parti politique autonome, qui pourrait engager une action distincte voire opposée à celle définie par le MPP, tranche-t-il. Les résultats du NTD confortent en fait le leadership de Simon Compaoré, qui dispose ainsi d’une marge de manœuvre supplémentaire, au-delà du MPP qu’il dirige directement ».

Sa stratégie politique, validée par les résultats obtenus aux législatives et par le « coup KO » de Roch Marc Christian Kaboré, pourrait même, selon Siaka Coulibaly, « amener Simon Compaoré à ambitionner une position importante, comme la primature ».

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte