Diplomatie

RDC : qui remplacera Leïla Zerrougui à la tête de la Monusco ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 15 décembre 2020 à 12h41
Félix Tshisekedi a accordé une audience à Leïla Zerrougui, représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies en RDC, le 9 décembre 2020 à Kinshasa.

Félix Tshisekedi a accordé une audience à Leïla Zerrougui, représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies en RDC, le 9 décembre 2020 à Kinshasa. © Présidence RDC

La patronne de la mission onusienne en RDC devrait quitter ses fonctions à la fin du mois de janvier.

Selon nos informations, la cheffe de la mission de maintien de la paix de l’ONU en RDC, Leïla Zerrougui, devrait quitter son poste. Ce départ devrait intervenir à la fin du mois de janvier ou, au plus tard, au début du mois de février, son mandat se terminant le 6 février.

Bintou Keïta favorite

Arrivée à Kinshasa en janvier 2018, la diplomate algérienne – qui avait déjà travaillé en RDC en tant que représentante adjointe de la Monusco entre 2008 et 2012 – a, toujours selon nos informations, informé Félix Tshisekedi de son départ prochain.

Aucun remplaçant n’a pour le moment été formellement désigné. Les noms de certaines personnalités sont évoquées en coulisses, comme celui de la guinéenne Bintou Keïta, actuellement sous-secrétaire générale aux opérations de maintien de la paix. Il se pourrait qu’en cas de transition, l’intérim soit assuré par le numéro deux de la Monusco, le diplomate américain David Gressly, lui aussi bon connaisseur de la RDC.

Arrivée au Congo en 1999 sous le nom de Monuc, la Monusco, dont le mandat expire le 20 décembre et doit être renouvelé à l’occasion de la prochaine réunion du conseil de sécurité de l’ONU, poursuit sa stratégie de retrait progressif.

Après des années délicates sous Joseph Kabila, la force onusienne, qui fut longtemps l’une des missions les plus coûteuses de l’ONU, a trouvé un second souffle avec l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi en janvier 2019. Ces derniers mois, dans le cadre de ses missions de bons offices, la patronne de la Monusco avait rencontré à plusieurs reprises l’actuel président et son prédécesseur.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte