Politique

Côte d’Ivoire : Amadou Gon Coulibaly, comment le RHDP lui rend hommage

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 14 décembre 2020 à 10h20
L’ancien Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, décédé le 8 juillet, ici en 2017 à Abidjan.

L'ancien Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, décédé le 8 juillet, ici en 2017 à Abidjan. © Amadou Gon Coulibaly, premier ministre de Cote d'Ivoire, dans son bureau interview par Marwan Ben Yahmed Abidjan le 30 juin 2017 © Issam Zejly pour JA

Les cadres du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix vont honorer la mémoire de l’ex-Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, décédé le 8 juillet, et qui aurait dû être leur candidat à la présidentielle.

Du 17 au 19 décembre, à sa demande, la direction du parti d’Alassane Ouattara (ADO) se rendra à Korhogo, fief d’Amadou Gon Coulibaly, où l’ancien Premier ministre a été inhumé le 17 juillet. La délégation sera conduite par Adama Bictogo, le secrétaire exécutif du RHDP, et sera composée de la quasi-totalité des ministres du gouvernement. Le chef de l’État ne sera, lui, pas présent. « Il s’agit d’un hommage rendu par le parti et non par la République », explique l’un de ses proches.

Luttes internes

Ce pèlerinage sera marqué par un temps de recueillement sur la tombe d’Amadou Gon Coulibaly, puis par une cérémonie de prière à la grande mosquée de Korhogo et une action de grâce à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste. Le 18 décembre, la direction du parti se réunira pour évoquer le fonctionnement interne et les élections législatives à venir, prévues durant le premier semestre 2021.

Enfin, une conférence de presse sera organisée pour saluer la mémoire du défunt et lui dédier, une nouvelle fois, la victoire – toujours contestée par l’opposition – d’Alassane Ouattara à la présidentielle du 31 octobre. Alors que les luttes internes ont déjà commencé pour la succession du chef de l’État, les « héritiers » de l’ancien Premier ministre au sein de l’exécutif souhaitent montrer qu’ils sont toujours présents et qu’ils entendent perpétuer son action.

Un institut Amadou Gon Coulibaly

Après cet hommage du parti à Korhogo, un institut de formation politique Amadou Gon Coulibaly sera officiellement lancé à Abidjan le 8 janvier. Ce projet, porté notamment par le ministre de la Promotion de la jeunesse et de l’Emploi des jeunes Mamadou Touré, sera détaillé lors d’une cérémonie d’inauguration à l’hôtel Ivoire, en présence de 1 600 invités. Parmi eux, l’ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, dont la fondation Leaders pour la paix est un des principaux partenaires du futur établissement, avec la fondation allemande Friedrich Naumann, ainsi que des membres de l’Internationale libérale.

Cet institut de formation politique, qui devrait démarrer ses activités début 2021, ambitionne de former environ 500 élèves par an. Destiné aux jeunes, il se veut transpartisan et, donc, non réservé aux seuls militants du RHDP. Les organisations de jeunesse du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), du Front populaire ivoirien (FPI) et d’autres partis d’opposition ont été conviés, ainsi que des organisations de la société civile. Le bâtiment sera situé dans le quartier abidjanais des Deux Plateaux.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer