Diplomatie

Pourquoi Emmanuel Macron n’a pas félicité Alpha Condé pour sa réélection

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le président guinéen Alpha Condé et son homologue français Emmanuel Macron, lors du sommet de l’UA à Nouakchott, le 2 juillet 2018.

Le président guinéen Alpha Condé et son homologue français Emmanuel Macron, lors du sommet de l'UA à Nouakchott, le 2 juillet 2018. © Ludovic Marin/AP/SIPA

Le 30 novembre, Emmanuel Macron a envoyé une lettre à Alpha Condé, dans laquelle il lui adresse ses « vœux de succès » mais sans le féliciter pour sa réélection, le 18 octobre, à un troisième mandat. 

Dans sa missive, en date du 30 novembre, Emmanuel Macron évoque notamment les défis auxquels son homologue Alpha Condé fait face, dont celui de « la réconciliation entre tous les Guinéens après les violences, les divisions et les interrogations qui ont émaillé ces élections ». « Votre capacité à y répondre dans un esprit de dialogue, de consensus et dans le respect de l’État de droit sera essentielle », ajoute le président français.

Un délai « à dessein »

Le ton de cette lettre tranche avec celle envoyée le 11 novembre à Alassane Ouattara, pourtant lui aussi réélu pour un troisième mandat contesté. Emmanuel Macron y « félicitait » son « cher Alassane » pour sa réélection.

« Nous n’avons pas félicité Alpha Condé et nous avons observé un certain délai avant de lui écrire à dessein, explique une source à l’Élysée. Comme l’a dit le président dans son interview à JA, il n’y a pas d’équivalence entre ces deux situations. Mais pour autant, nous allons continuer à travailler avec la Guinée. »

« Sérénité » à Conakry

Alors qu’il a eu plusieurs fois son homologue ivoirien au téléphone ces dernières semaines, Macron n’a plus parlé avec Condé depuis quelques mois. Selon nos informations, aucun échange n’est prévu dans les semaines à venir.

Dans l’entourage du président guinéen, lequel a accueilli la lettre avec « sérénité », on précise que ce dernier n’a pas non plus cherché à joindre son homologue français, même si les deux hommes ont échangé par SMS au lendemain de l’attentat de la basilique Notre-Dame de Nice, le 19 novembre.

Reste maintenant à savoir à quel niveau les autorités françaises seront conviées à la cérémonie d’investiture d’Alpha Condé à son troisième mandat, prévue le 15 décembre à Conakry.

La lettre d'Emmanuel Macron à Alpha Condé, datée du 30 novembre 2020.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte