Politique

[Tribune] Au-delà de la contestation, les Guinéens doivent faire émerger une vraie démocratie

|
Mis à jour le 28 novembre 2020 à 20h20

Par le collectif

Amadou Sadjo Barry, Alpha Diallo, Félix Dounia Millimono, Halimatou Camara, Mory Camara, Ramadan Diallo, Tierno Monénembo, Zénab Cissé.

Des Guinéens regardent sur leurs smartphones la proclamation des résultats de la présidentielle du 18 octobre 2020 à Conakry, en Guinée.

Des Guinéens regardent sur leurs smartphones la proclamation des résultats de la présidentielle du 18 octobre 2020 à Conakry, en Guinée. © JOHN WESSELS/AFP

Contester les élections du 18 octobre ne suffit pas, c’est toute la culture politique en Guinée qui doit évoluer. Huit personnalités, la plupart âgées de moins de 40 ans, proposent d’ouvrir le dialogue pour créer, enfin, une vraie nation démocratique.

Depuis son accession à l’indépendance, la Guinée n’a pas réussi à se doter de structures politiques et d’institutions juridiques capables d’arbitrer pacifiquement et objectivement les luttes pour l’exercice du pouvoir. Cette carence est confirmée par la domination du parti-État sous la présidence de Sékou Touré, la récurrence des changements constitutionnels pour allonger les mandats présidentiels et les violences qui ont accompagné presque toutes les compétitions électorales de 1993 à 2020.

Ce constat révèle la continuité d’une culture politique antinomique avec l’esprit démocratique. Et loin d’être imputable à une seule personne, cette antinomie s’explique par la nature du système politique guinéen qui allie dans une même logique, intenable en pratique, le formalisme démocratique et les pratiques informelles du pouvoir.

En réalité, la libéralisation politique entamée dans les années 1990 ne s’est pas encore traduite par l’autonomisation d’un espace politique soumis aux contraintes publiques de la loi. Autrement dit, la société guinéenne n’est pas encore organisée sous la forme d’un État de droit.

Construire une société politique démocratique

Fort de ce constat, nous pensons qu’il faut aller au-delà de la contestation des élections du 18 octobre 2020 et s’engager collectivement dans une démarche citoyenne visant à créer les conditions éthiques et politiques qui permettront aux individus et groupes qui composent la Guinée de coexister de la meilleure façon possible. L’enjeu à court terme n’est plus de savoir qui doit ou peut exercer le pouvoir, mais comment, dans le futur, organiser le pouvoir et les modalités de sa conquête de manière à répondre aux exigences de l’intérêt public.

S’il est vrai que la question du troisième mandat est à la source des violences actuelles, nous pensons qu’une solution durable et efficace appelle à une réflexion sérieuse sur l’édification d’une communauté politique nationale. C’est là une exigence que ne permettent pas de saisir les concepts galvaudés d’alternance et de continuité dans le changement. La nature antidémocratique de la culture politique guinéenne impose au préalable que nous cherchions à relever les défis éthiques de la vie commune, à savoir organiser les relations humaines sous les rapports de la justice, de l’égalité et de la liberté.

Jamais les conditions n’ont été aussi réunies pour mettre fin à plus de 60 ans d’échec politique et moral

Notre conviction est que ce moment inaugural n’est pas une illusion : les Guinéens disposent de ressources humaines et intellectuelles capables de jeter la première pierre de l’édification d’une société politique démocratique, où la vie publique sera organisée sous l’autorité contraignante de règles communes et les pouvoirs publics soumis au contrôle et à la surveillance des citoyens.

Nouvel imaginaire du pouvoir

Pour ce faire, il nous faut transformer la crise politique actuelle en un moment historique qui ouvrira la voie à un nouvel imaginaire du pouvoir, celui qui associera la charge publique aux exigences du bien commun. Contrairement à ce que laisse voir une situation extrêmement tendue, jamais les conditions n’ont été aussi réunies pour que les Guinéens puissent mettre fin à plus de soixante ans d’échec politique et moral.

Nous appelons ainsi toute la classe politique guinéenne non pas à la forme classique du dialogue national, mais à une réflexion sur la création d’une véritable nation guinéenne. Nous voulons mettre nos savoirs, expertises et expériences à contribution pour proposer aux différents protagonistes de la crise politique actuelle une rencontre autour des trois axes suivants : l’organisation effective et représentative des pouvoirs publics ; la réforme de l’institution militaire conformément à sa vocation républicaine ; penser l’organisation politique, administrative et institutionnelle de la vie commune dans une perspective de réconciliation entre l’État et la société.

Panser la Guinée

Il s’agira entre Guinéens de nous interroger sur les conditions de la sortie définitive de la violence politique, car nous ne croyons pas que celle-ci soit inéluctable. Les Guinéens ne sont pas condamnés au cycle infernal de l’inimitié. Il est possible de nous parler afin de trouver un compromis salutaire à partir duquel nous nous engagerons, au nom de notre humanité commune, à favoriser l’avènement d’une culture politique respectueuse de nos dignités.

Transformons ces violences qui nous déshonorent en une chance historique pour nous et nos concitoyens

Nous en appelons à la bonne volonté de la classe politique guinéenne et des acteurs de la société civile pour que nous puissions, dans un élan de solidarité et d’éveil national, transformer ces violences qui nous déshonorent en une chance historique pour nous et nos concitoyens. Nous vous demandons une rencontre de fraternité afin de panser ensemble les maux qui minent notre société.

Par Amadou Sadjo Barry, professeur de philosophie au Cégep de St-Hyacinthe (Québec)

Halimatou Camara, avocate

Mory Camara, activiste des droits de l’homme

Alpha Diallo, président d’Ablogui et datajournaliste

Ramadan Diallo, politologue et consultant

Zénab Cissé, médecin, épidémiologiste

Felix Dounia Millimono, médecin et activiste de la société civile guinéenne

Tierno Monénembo, écrivain 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte