Sport

Côte d’Ivoire : décès du président de la fédération de foot

| Par Jeune Afrique avec AFP
Augustin Sidy Diallo (à droite), président de la Fédération ivoirienne de football, lors de la visite à Abidjan d'Ahmad Ahmad, président de la CAF, fin décembre 2017.

Augustin Sidy Diallo (à droite), président de la Fédération ivoirienne de football, lors de la visite à Abidjan d'Ahmad Ahmad, président de la CAF, fin décembre 2017. ©

Augustin Sidy Diallo, le président de la fédération ivoirienne de football (FIF), est décédé samedi à 61 ans, alors que son poste fait l’objet d’une âpre lutte de succession.

« Le président Sidy Diallo est décédé. Je viens de chez lui », a déclaré Omer Déhoulé, un vice-président de la FIF, se disant « abattu ». La fédération avait annoncé, dans un communiqué le 9 novembre, qu’Augustin Sidy Diallo avait été diagnostiqué positif au Covid-19, mais aucune indication sur la cause du décès n’a été donnée dans l’immédiat.

Élu président de la FIF en 2011, puis réélu quatre ans plus tard, Sidy Diallo avait décidé de ne pas briguer un troisième mandat, même si les textes de la fédération l’y autorisaient. En neuf ans de présidence de la FIF, Sidy Diallo a gagné deux Coupes d’Afrique des Nations, l’une avec les seniors en 2015, l’autre avec les cadets en 2013.

Lutte pour sa succession

Il devait quitter son poste en août dernier, mais assurait depuis les affaires courantes, la Fifa ayant suspendu le processus électoral devant lui désigner un successeur, après le rejet de la candidature de l’ex-joueur star Didier Drogba. 

La FIF connaît une crise autour de la succession du président sortant depuis des mois, qui voit s’affronter trois candidats, Sory Diabaté, Idriss Diallo et Didier Drogba.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte