Diplomatie

Exclusif – Emmanuel Macron : « Entre la France et l’Afrique, ce doit être une histoire d’amour »

Réservé aux abonnés | | Par et
Mis à jour le 20 novembre 2020 à 15h05
Le président français Emmanuel Macron, le 16 novembre 2020 à l’Élysée.

Le président français Emmanuel Macron, le 16 novembre 2020 à l’Élysée. © François Grivelet pour JA

Image de la France, caricatures du Prophète, Sahel, franc CFA, Sahara, démocratie, colonisation, Ouattara, Condé, Kagame… Trois ans après le discours de Ouagadougou, le chef de l’État français s’est longuement confié à JA pour évoquer son bilan et les sujets brûlants de l’actualité.

Cela fait tout juste trois ans qu’Emmanuel Macron a prononcé son discours de Ouagadougou. Arrivé six mois plus tôt à l’Élysée, le chef de l’État français y dévoilait, face à un amphithéâtre bondé, les contours de la relation qu’il entendait tisser avec l’Afrique. En formulant une promesse serinée par tous ses prédécesseurs depuis le général de Gaulle : il allait en finir avec la Françafrique, ses liens troubles et ses réseaux obscurs.

Sur la forme, le changement s’annonçait radical. Un dirigeant français qui n’avait pas encore la quarantaine affrontait un auditoire jeune, en « live » et sans filet, répondant à toutes les questions, y compris aux moins diplomatiques. Élaboré avec le concours de son Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA), une autre originalité de la méthode Macron, ce discours annonçait une feuille de route précise.

Outre les mesures hautement symboliques qu’étaient la restitution du patrimoine africain, la transmission des archives françaises sur l’assassinat de Thomas Sankara ou le rapprochement avec le Rwanda, il était aussi question d’accroître la coopération dans les secteurs de l’éducation, de l’entrepreneuriat, du développement durable ou de la culture. Mais c’est surtout sur le plan économique que le changement de logiciel était censé s’opérer, notamment vis-à-vis des poids lourds non francophones du continent que sont le Nigeria, l’Afrique du Sud, le Ghana, l’Angola ou encore l’Éthiopie.

Qu’en est-il trois ans plus tard ? Pour dresser le bilan de son action, Emmanuel Macron nous a reçus, le 16 novembre, dans son bureau du palais de l’Élysée. L’occasion d’évoquer la lutte anti-terroriste dans le Sahel, la première année au pouvoir de l’Algérien Abdelmadjid Tebboune, le Sahara occidental, les troisièmes mandats d’Alpha Condé et d’Alassane Ouattara, le cas Guillaume Soro, ses relations avec Paul Kagame ou la colonisation…

Un entretien de plus d’une heure, au cours duquel il s’est montré fidèle à lui-même : volubile et décontracté, soucieux de précision et d’exhaustivité, ferme sur les principes mais diplomate. Sauf quand il est question de ceux qui, selon lui, s’attaquent dans l’ombre aux intérêts et à la réputation de la France, Russie et Turquie en tête.

Comme vos prédécesseurs, vous avez annoncé vouloir refonder les relations entre la France et l’Afrique. Près de trois ans après le discours que vous avez prononcé à Ouagadougou, qu’est-ce qui a concrètement changé ?

J’ai lancé plusieurs chantiers. Le premier était un tabou : la restitution du patrimoine africain. Nous avons fait des gestes très concrets à l’égard du Sénégal, du Bénin ou de Madagascar notamment.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte