Politique

Côte d’Ivoire : quand la crise politique s’exporte chez les francs-maçons 

En coulisses, les tensions montent au sein de la Grande Loge de Côte d’Ivoire (GLCI), dont le grand maître est Hamed Bakayoko. En voici les raisons.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 19 novembre 2020 à 18:07

Hamed Bakayoko, en janvier 2020 à Abidjan. © Luc Gnago/REUTERS

Plusieurs francs-maçons au sein de la GLCI, la principale obédience maçonnique forte de 40 loges et d’environ 2 000 membres, reprochent à leur grand maître Hamed Bakayoko (le Premier ministre et ministre de la Défense de Côte d’Ivoire) de ne pas soutenir, au nom de la fraternité, les cadres de l’opposition – notamment ceux du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI).

Limogés

Des « frères de lumière » qui ont préféré ne pas rejoindre les rangs de la formation présidentielle – le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), dont Bakayoko est l’un des vice-présidents – ont été limogés.

Certains ont d’ailleurs été emprisonnés, à l’instar de Georges Philippe Ezaley, interpellé le 3 novembre à la résidence de Cocody-Ambassades de l’ex-chef de l’État Henri Konan Bédié.

À Lire Côte d’Ivoire : dans le secret de la rencontre Ouattara-Bédié

Ezaley fait partie des pontes de la GLCI. Il portait le glaive d’apparat, un symbole puissant dans la franc-maçonnerie, lors des travaux dans le temple national de Marcory Zone 4, situé dans le sud d’Abidjan. Certains « frères » menacent de boycotter la cérémonie d’intronisation de leur grand maître pour un deuxième mandat, prévue avant la fin de l’année à Abidjan.