Archives

Nicolas lorgne l’Afrique subsaharienne

Forte de son succès au Maroc, la filiale du groupe Castel spécialisée dans la vente de vins pourrait ouvrir des boutiques en Côte d'Ivoire, au Cameroun et au Gabon.

Le roi de la bière en Afrique francophone a encore soif. Après avoir étendu la distribution de ses produits en Afrique anglophone en 2001 via un partenariat avec le brasseur américain SABMiller, le négociant français de boissons alcooliques Castel envisage aujourd’hui de diversifier son offre sur le continent. Il aurait notamment l’intention de lancer son enseigne de vente Nicolas au sud du Sahara. Il s’agirait de l’ouverture, courant 2008, de trois magasins, en Côte d’Ivoire, au Cameroun et au Gabon.
Si la direction de Castel, contactée par Jeune Afrique, se montre moins catégorique et affirme n’« avoir aucune ouverture effective planifiée », elle reconnaît toutefois réfléchir à une telle possibilité. « Il s’agit de trois marchés bien rodés, où le développement de la chaîne peut se faire facilement », explique-t-elle. La Côte d’Ivoire, le Cameroun et le Gabon sont, en effet, trois pays que le groupe connaît bien pour y compter de nombreux relais. Via sa filiale Brasseries Glacières Internationales (BGI), Castel y possède respectivement la Société de limonaderies et brasseries d’Afrique (Solibra), la Société des brasseries du Cameroun (SABC) et la Société des brasseries du Gabon (Sobraga), qui commercialisent des bières aussi célèbres que Flag ou Castel Beer. La SABC dispose également d’une branche spécialisée dans la distribution de produits vinicoles à travers un réseau de douze boutiques baptisées « La clé des châteaux », implantées au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Mali et en Centrafrique. Ce réseau pourrait également faire l’objet d’une politique d’extension, confie le groupe.
Selon Castel, l’idée de diversifier son offre en Côte d’Ivoire, au Cameroun et au Gabon est née du franc succès remporté par ses quatre magasins Nicolas ouverts au Maroc au début de l’année 2007. Situés à Rabat, à Casablanca et à Marrakech, ils ont aujourd’hui fait la preuve de leur rentabilité. Qui plus est, l’entreprise ajoute que l’exportation à destination de l’Afrique des vins français qu’elle produit et distribue s’est accrue de 12 % en 2006, pour atteindre 1,8 million de bouteilles. « À condition de rester discret, déguster un vin haut de gamme est une pratique en vogue », confirme un journaliste en poste à Casablanca, qui poursuit : « Le problème du pays, c’est qu’il n’y a pas beaucoup de boutiques où acheter des cépages de qualité en se faisant conseiller par un professionnel. »

Plus de 500 magasins en europe
Si Nicolas franchit le Sahara, sa maison mère compte adopter la même stratégie qu’au Maroc : jouer à fond la carte du caviste spécialisé. Toutefois, il ne faut pas s’attendre à voir fleurir la célèbre enseigne dans toutes les rues d’Abidjan, de Douala ou de Libreville. Castel n’a effectivement pas « la volonté de multiplier ses activités à l’étranger », et ne cache pas que, pour sa filiale, l’Europe demeure le plus gros réservoir de consommateurs potentiels. Actuellement, le caviste compte 433 boutiques en France, 81 en Grande-Bretagne, 7 en Belgique et 1 en Russie

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte