Politique

Djibouti – Ismaïl Omar Guelleh : « Abiy Ahmed n’avait pas d’autre choix que de punir ceux qui veulent casser l’Éthiopie »

Réservé aux abonnés | | Par - envoyé spécial à Djibouti
Mis à jour le 23 novembre 2020 à 18h27
À Djibouti, nul ne doute qu'Ismaïl Omar Guelleh sera candidat à sa succession à la présidentielle d’avril prochain.

À Djibouti, nul ne doute qu'Ismaïl Omar Guelleh sera candidat à sa succession à la présidentielle d’avril prochain. © Vincent Fournier pour JA

Enjeux économiques et sociaux, opposition interne, guerre en Éthiopie, mais aussi relations avec la France, la Chine et les États-Unis… À moins de cinq mois de la présidentielle, le chef de l’État dresse le bilan de son action.

Le virus a débarqué clandestinement à Djibouti un soir de la mi-mars 2020, à bord d’un avion militaire espagnol en provenance de Séville. Huit mois plus tard, le tueur silencieux rôde toujours malgré les « trois T » (tester, traiter, tracer) rapidement mis en œuvre par les autorités sanitaires, lesquelles ont à ce jour dépisté 8 % de la population – soit le taux le plus élevé de la région.

Au ralenti

Même si le gouvernement de cette cité-État de 1 million d’âmes table sur un scénario optimiste – un rattrapage de la croissance en 2021 –, les effets de la pandémie de Covid-19 pèsent lourdement sur une économie stoppée en pleine expansion. La ligne de chemin de fer Djibouti - Addis-Abeba, l’une des artères vitales du pays, fonctionne au ralenti, et l’imposant hôtel de la plus vaste zone franche du continent, à quelques kilomètres de la capitale, reste désespérément vide.

« Ce n’est qu’un contretemps, nos fondamentaux sont solides », affirme pourtant Aboubaker Omar Hadi, patron de l’Autorité des ports et zones franches de Djibouti et l’un des plus proches collaborateurs du chef de l’État.

Les « fondamentaux » ? La position incontournable de cette ancienne colonie française le long de la deuxième route maritime la plus fréquentée au monde, porte d’entrée commerciale de toute une partie de l’Afrique avec, derrière elle, un marché de 400 millions d’habitants. Sa situation géostratégique, aussi, terre d’accueil convoitée des bases militaires étrangères. Sa stabilité politique, enfin : contrairement à ce qu’il se passe ailleurs, les élections ne sont pas ici synonymes de haute tension.

Sérénité inoxydable

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte