Politique

Éthiopie : pour Addis-Abeba, « le TPLF veut internationaliser le conflit, mais cela ne marchera pas »

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 18 novembre 2020 à 10h57
Une femme agite le drapeau éthiopien en soutien à la stratégie militaire d'Addis-Abeba face au Tigré, le 12 novembre 2020.

Une femme agite le drapeau éthiopien en soutien à la stratégie militaire d'Addis-Abeba face au Tigré, le 12 novembre 2020. © Mulugeta Ayene/AP/SIPA

Alors que le conflit entre Addis-Abeba et la région du Tigré prend des allures de guerre civile, l’ambassadeur d’Éthiopie en France, Henok Teferra Shawl, dénonce « une tentative du TPLF d’internationaliser le conflit » après les récents tirs sur l’Érythrée.

Pas question de baisser la garde. Sûr de son bon droit, le gouvernement central éthiopien a donc choisi la manière forte, le 4 novembre, pour réprimer les attaques menées par le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) contre l’armée fédérale.

Désormais encerclées depuis la chute de la ville d’Humera, à la frontière avec le Soudan, les troupes du TPLF semblent perdre du terrain face aux renforts envoyés au Nord par le Premier ministre, Abiy Ahmed. Au point de jouer leur va-tout, en tentant d’entraîner l’Érythrée voisine dans une guerre interne à l’Éthiopie ?

C’est l’avis d’Henok Teferra Shawl, l’ambassadeur d’Éthiopie à Paris, qui estime que la fédération éthiopienne sortira renforcée de ce conflit. Covid-19 oblige, c’est par téléphone que ce dernier a répondu aux questions de Jeune Afrique le 16 novembre. L’occasion de découvrir la lecture officielle que le gouvernement éthiopien fait de cette crise, alors que la parole des autorités est devenue ces derniers jours aussi rare que les informations vérifiées et vérifiables en provenance du front.

Jeune Afrique : L’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo vient d’annoncer qu’il allait mener une mission de médiation entre l’Éthiopie et le Tigré. Pensez-vous qu’elle a davantage de chance de réussir que celles tentées ces derniers jours par l’ONU ou l’UA, et qui se sont heurtées à une fin de non-recevoir du Premier ministre, Abiy Ahmed ?

Henok Teferra Shawl : Je ne suis pas au courant de cette médiation, mais je lui souhaite bonne chance. Quant à la prétendue intransigeance du Premier ministre, que pouvait-il faire d’autre ? Les troupes fédérales sont lâchement attaquées, certaines surprises pendant leur sommeil. Et en tant que chef des armées, il aurait du accepter d’ouvrir les négociations ?

Le TPLF s’est toujours dit prêt à discuter…

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte