Dossier

Cet article est issu du dossier «Présidentielle et législatives au Burkina Faso : les enjeux du double scrutin»

Voir tout le sommaire
Politique

Burkina Faso – Gilbert Noël Ouédraogo : « Blaise Compaoré doit rentrer dignement »

Réservé aux abonnés | | Par - à Ouagadougou
Mis à jour le 18 novembre 2020 à 14h51
Gilbert Noël Ouédraogo, candidat à l'élection présidentielle du 22 novembre 2020 au Burkina Faso.

Gilbert Noël Ouédraogo, candidat à l'élection présidentielle du 22 novembre 2020 au Burkina Faso. © Hyppolite Sama

L’ancien ministre de Blaise Compaoré, candidat à la présidentielle du 22 novembre cinq ans après avoir été exclu de la course à la magistrature suprême, espère remettre son parti au centre de l’échiquier politique.

L’Alliance pour la démocratie et la fédération – Rassemblement démocratique africain (ADF-RDA) espère tenir sa revanche. Le parti, qui fut de tous les combats politiques depuis l’Afrique occidentale française, a d’ailleurs remporté une première manche. Cette fois, le nom de l’ADF-RDA sera inscrit sur les bulletins de vote lors des élections législatives et présidentielle du 22 novembre.

En 2015, Gilbert Noël Ouédraogo, déjà candidat de l’ADF-RDA, avait été exclu de la course à la magistrature suprême. Le Conseil constitutionnel avait invalidé sa participation ainsi que celle de tous les politiciens ayant soutenu le projet de modification constitutionnelle de Blaise Compaoré.

Cinq ans plus tard, l’ancien ministre des Transports de l’ex-président en exil est bien en lice et veut y croire. Cet avocat de 52 ans au libéralisme assumé entend conduire son parti vers la victoire. Entretien.

Jeune Afrique : Comment se porte l’ADF-RDA ?

Gilbert Noël Ouédraogo : Notre parti se porte très bien, mais comme le disait le journaliste d’investigation Norbert Zongo, « il n’y a d’avenir pour personne dans un pays qui n’en a pas ». Le Burkina Faso fait face à une situation inédite avec des milliers de personnes tuées, plus d’un million de déplacés et des pans entiers du territoire national désormais hors de contrôle. Cela préoccupe profondément notre formation politique.

Nous avons toujours pris part aux élections. Le RDA, depuis sa naissance en 1946 sous l’Afrique occidentale française, a été de tous les combats politiques. L’ADF-RDA est fortement ancrée dans le cœur et l’esprit des Burkinabè. Notre parti est donc confiant pour partir à la conquête du pouvoir.

Votre formation reste fortement associée au régime de Blaise Compaoré…

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Lire les autres articles du dossier

«Présidentielle et législatives au Burkina Faso : les enjeux du double scrutin»

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte