Mines

Ruée vers l’or africain (5/5) : qui sont les producteurs de demain­ ?

| Par
Mis à jour le 30 novembre 2020 à 10h16
Mineur d’or à Kidal, au nord du Mali

Mineur d'or à Kidal, au nord du Mali © Baba Ahmed/AP/SIPA

Alors que les cours s’envolent et que la production sud-africaine s’effondre, le Ghana, le Soudan, le Burkina Faso ou encore la RDC s’imposent comme des producteurs avec lesquels il faut compter. Trois infographies pour comprendre.

Malgré l’envolée des cours, l’industrie aurifère s’est effondrée en Afrique du Sud, qui possède pourtant une part importante des réserves mondiales.

« Le secteur de l’or est en train de changer, beaucoup de grandes entreprises modifient leurs stratégies », explique Richard Morgan, responsable des relations gouvernementales du géant minier Anglo American.

« Nous avons beaucoup moins d’activité en Afrique, et n’avons pas du tout d’exploitations d’or. L’Afrique du Sud possède peut-être encore d’énormes réserves d’or, mais pour une grande entreprise, tout est question de rentabilité », précise-t-il.

Mais si la production sud-africaine s’est effondrée, d’autres ont pris le relais : Ghana, Soudan, mais aussi Burkina Faso et RDC s’imposent ainsi comme des producteurs avec lesquels il faut compter. Même si l’extraction y est encore souvent artisanale.

Production d'or africaine et cours de l'or

Production d'or africaine et cours de l'or © Jeune Afrique

 

or1jpg

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte