Mines
L’or demeure une valeur refuge par temps de crise. © Xiaobing Wu/Flickr/Licence CC

Cet article est issu du dossier

La ruée vers l’or africain

Voir tout le sommaire
Économie

Ruée vers l’or africain (5/5) : qui sont les producteurs de demain­ ?

Alors que les cours s’envolent et que la production sud-africaine s’effondre, le Ghana, le Soudan, le Burkina Faso ou encore la RDC s’imposent comme des producteurs avec lesquels il faut compter. Trois infographies pour comprendre.

Mis à jour le 30 novembre 2020 à 10:16

Mineur d’or à Kidal, au nord du Mali © Baba Ahmed/AP/SIPA

Malgré l’envolée des cours, l’industrie aurifère s’est effondrée en Afrique du Sud, qui possède pourtant une part importante des réserves mondiales.

« Le secteur de l’or est en train de changer, beaucoup de grandes entreprises modifient leurs stratégies », explique Richard Morgan, responsable des relations gouvernementales du géant minier Anglo American.

« Nous avons beaucoup moins d’activité en Afrique, et n’avons pas du tout d’exploitations d’or. L’Afrique du Sud possède peut-être encore d’énormes réserves d’or, mais pour une grande entreprise, tout est question de rentabilité », précise-t-il.

Mais si la production sud-africaine s’est effondrée, d’autres ont pris le relais : Ghana, Soudan, mais aussi Burkina Faso et RDC s’imposent ainsi comme des producteurs avec lesquels il faut compter. Même si l’extraction y est encore souvent artisanale.

Production d’or africaine et cours de l’or © Jeune Afrique

Production d’or africaine et cours de l’or © Jeune Afrique

 

or1jpg

or1jpg