Politique

Abdelmadjid Tebboune : bulletin de santé rassurant… et laconique

Réservé aux abonnés | | Par
Le président Abdelmadjid Tebboune est atteint du coronavirus.

Le président Abdelmadjid Tebboune est atteint du coronavirus. © Billal Bensalem/NurPhoto/AFP

Dix-neuf jours après le début de l’hospitalisation du chef de l’État algérien dans une clinique allemande, la présidence a livré le 15 novembre un nouveau bulletin médical sur son état de santé.

« Le staff médical qui l’accompagne assure que le président Tebboune a achevé le protocole de soins prescrit et subit actuellement des examens médicaux post-protocole », indique le communiqué diffusé par l’agence de presse officielle APS le 15 novembre, sans plus de précisions.

Atteint de Covid-19, le chef de l’État algérien a été admis le 28 octobre dernier dans une clinique à Cologne, un établissement hospitalier réputé en Allemagne. Auparavant, il était soigné pendant une semaine à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja, sur les hauteurs d’Alger.

Selon un communiqué de la présidence du 24 octobre, le président a été contaminé au contact de hauts cadres de la présidence et des membres du gouvernement. Des indiscrétions laissent penser qu’il aurait contracté le virus en rendant visite à sa sœur, décédée samedi 31 octobre.

Secret d’État

Hormis la confirmation de sa contamination au nouveau coronavirus, le plus grand secret entoure l’état de santé d’Abdelmadjid Tebboune, qui fêtera demain son 75e anniversaire. Le chef de l’État serait hors de danger, alors que sa santé avait suscité de sérieuses inquiétudes après son évacuation dans cette clinique de Cologne.

La durée de son hospitalisation en Algérie et en Allemagne – 25 jours depuis son admission à Aïn Naâdja le jeudi 22 octobre – accentue ces inquiétudes et alimente les doutes sur l’état de santé réel du président. Et ces doutes sont d’autant plus importants que la présidence avait dans un premier temps caché la nature de la maladie de Tebboune, évoquant alors une hospitalisation pour des « contrôles médicaux approfondis ».

Le retour aux affaires au Palais d’El Mouradia ne se fera vraisemblablement pas à court terme

Le mystère autour de l’évolution de sa maladie et de ses éventuelles complications n’éclaire guère sur la durée et le lieu de sa convalescence. Le retour aux affaires au Palais d’El Mouradia ne se fera vraisemblablement pas à court terme. La présidence a enregistré plusieurs cas de contamination au Covid-19 en dépit des mesures sanitaires très strictes mises en place depuis l’apparition du virus en mars dernier.

Des membres du gouvernement d’Abdelaziz Djerrad ont également été atteints. La reprise des activités du chef de l’État auquel on avait justement conseillé d’alléger son agenda afin de ne pas s’exposer au virus se fera probablement sous des mesures encore plus drastiques.

Séquelles ?

Le retour du président à ses fonctions du président dépendra également des séquelles laissées par le Covid-19 et des recommandations du staff médical allemand et algérien. L’État moral et psychologique du président qui a récemment perdu deux de ses proches sera également un facteur important.

Bien que les questions de son avenir politique ne sont pas pour l’heure posées publiquement, elles devront l’être en décembre prochain, qui coïncide avec le premier anniversaire de son élection à la tête de la République. Pour rappel, Abdelmadjid Tebboune a été porté au pouvoir à l’issue d’un scrutin largement contesté et boycotté par les Algériens.

L’annonce du bulletin de santé du président Tebboune intervient trois jours après la proclamation officielle par le Conseil constitutionnel des résultats du référendum sur la nouvelle Constitution qui s’est déroulé dimanche 1er novembre.

Projet phare du quinquennat du président, cette loi fondamentale n’a été adoptée que par 23,7 % des 24,4 millions d’électeurs inscrits. Elle ne prendra effet qu’une fois le chef de l’État l’aura paraphée et promulguée au Journal Officiel dans un délai de 30 jours à compter de la proclamation du Conseil constitutionnel. Pour cela, la présence du président sur le sol algérien est indispensable.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte