Économie

[Série] RDC : les nouveaux boss des affaires

Actifs dans des domaines aussi divers que l’énergie, l’agroalimentaire, le droit, la finance et le design, ces businesswomen et businessmen ont en commun leur origine congolaise… et leur réussite. Portraits.

Mis à jour le 20 novembre 2020 à 11:30

© Montage JA

On assiste depuis quelques années à l’émergence en RDC d’une nouvelle classe de femmes et d’hommes d’affaires qui, peu à peu, constituent une véritable force d’action et de réflexion, dont le pays a bien besoin. Elles et ils ont étudié en Belgique, en France, en Afrique du Sud ou en Chine, y sont même nés pour certains.

Mais tous sont rentrés au pays – ou dans ses parages, pour le cofondateur de Wizall -, bien décidés à le faire bouger. De projets d’investissement en création d’entreprises, en quelques années, ils ont développé des activités qui se révèlent aujourd’hui particulièrement porteuses.

Alexandre Kayumba, fils d’un grand patron congolais, Jean-Claude Nsalanga, n’avait pas 25 ans quand il a choisi de se démarquer de l’entreprise familiale pour se lancer seul dans l’entrepreneuriat. Cinq ans plus tard, il est à la tête d’un groupe diversifié et en plein essor, le Groupe Barthélémy Alexandre (GBA).

À Lire Vidéo – Les aventures des entrepreneurs congolais en télé-réalité

En plein essor

En à peine trois ans, Tisya Mukuna a réussi à faire grandir sa plantation, installée dans l’une des communes rurales de Kinshasa, ainsi que sa société, La Boîte, qui torréfie, moud,
conditionne et commercialise ses cafés 100 % bio.

Autre domaine, autre battante : huit ans après son retour en RDC, la designer Fifi Kikangala expose les collections phares de sa marque, Omoy Interior, dans les galeries les plus tendances du monde entier.

Quant à l’avocate Bestine Kazadi – inscrite au barreau de Kinshasa -, elle est aussi devenue conseillère du président Tshisekedi (en charge de la coopération et de l’intégration régionale) et, depuis le mois d’août 2020, la première femme élue à la tête d’un grand club de football congolais, l’AS Vita Club, l’équipe la plus populaire de Kinshasa.

Enfin, Ken Kakena a cofondé Wizall, une fintech spécialisée dans le transfert d’argent en plein essor en Afrique de l’Ouest et il en dirige la filiale ivoirienne, à Abidjan… avec l’objectif de développer un même « success model » en RDC, dans les années à venir.

À Lire Entreprendre en RDC (1/5) : Alexandre Kayumba, de l’énergie à revendre
À Lire Entreprendre en RDC (2/5) : le café de Tisya Mukuna à la conquête de Kinshasa
À Lire Entreprendre en RDC (3/5) : droit, sport, diplomatie… Où s’arrêtera Bestine Kazadi ?
À Lire Entreprendre en RDC (4/5) : la designeuse Fifi Kikangala bouscule les codes
À Lire Entreprendre en RDC (5/5) : avec Wizall, Ken Kakena met le cap sur la finance inclusive