Politique

Maroc : à Guerguerate, les tambours de la guerre résonnent

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 13 novembre 2020 à 11h54
Un soldat marocain surveillant le « mur de défense », à Guerguerat, dans le Sahara occidental, le 29 mars 2017.

Un soldat marocain surveillant le « mur de défense », à Guerguerat, dans le Sahara occidental, le 29 mars 2017. © V.Fournier/Jeune Afrique-REA

Alors que le Polisario cherche à s’installer dans la zone tampon séparant entre le Maroc et la Mauritanie, Rabat prend à témoin la communauté internationale. Sur le terrain, la crise prend une ampleur inédite.

En déplacement au Maroc, en début de semaine, le ministre des Affaires étrangères français a fait une déclaration qui réconforte la diplomatie marocaine dans sa démarche actuelle de trouver la meilleure riposte à la crise dans sa frontière sud avec la Mauritanie. « Nous suivons avec attention les évènements d’El Guerguarate et nous sommes préoccupés par le blocage. Nous pensons qu’il faut sortir de cette situation et nous saluons la responsabilité dont fait preuve le Maroc », a lâché Jean-Yves Le Drian, qui a tenu à rappeler à son « ami », Nasser Bourita, « la position constante de la France » pour soutenir la recherche d’une solution juste et durable au conflit du Sahara.

« Nous considérons le plan d’autonomie marocain comme une base sérieuse et crédible pour une solution négociée », a tenu à réaffirmer le locataire du Quai d’Orsay, probablement conscient qu’une reprise des négociations n’est pas pour demain.

No man’s land

Depuis le 20 octobre dernier, les éléments du Polisario opèrent un blocage du trafic civil et commercial terrestre entre le Maroc et la Mauritanie, en déployant des barrages de fortune entre le poste frontière d’El Guerguerate et celui de PK-55, où sont stationnés les garde-frontières mauritaniens. Un no man’s land de quelques kilomètres, considéré comme zone tampon par les accords de cessez-le feu de 1991. Mais si les incursions du Polisario dans cette zone ont été récurrentes ces dernières années, généralement à la veille des votes de résolutions onusiennes, le campement de fortune semble devenir permanent cet automne.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte