Entreprises & marchés

Hakan Oztürk (Limak) : « Nous voulons continuer à investir au Sénégal »

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 17 novembre 2020 à 09h51
Hakan Oztürk, administrateur de Limak

Hakan Oztürk, administrateur de Limak © DR

Administrateur de l’aéroport international Blaise-Diagne de Dakar (AIBD), Hakan Oztürk décrypte la stratégie du groupe turc au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Mozambique.

Deuxième groupe de Turquie pour la construction (classement ENR), Limak, qui compte 60 700 employés dans le monde, est présent dans quatorze pays, dont, en Afrique, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Mozambique. L’entité Limak Construction (aéroports, ports, barrages, pipelines, complexes immobiliers, hôtels…) est également active dans la production de ciment, où elle est leader en Turquie, et dans le tourisme.

L’entité Limak Invest chapeaute, elle, le secteur de l’énergie (centrales hydrauliques et solaires) ainsi que les projets BOT (Build, Operation and Tranfer), en Turquie, au Sénégal, au Kosovo et en Macédoine.

Membre de son conseil d’administration, Hakan Oztürk est chargé des projets de ports et d’aéroports. Il est notamment administrateur de l’aéroport international Blaise-Diagne (AIBD) de Dakar. Pour Jeune Afrique, il décrypte la stratégie de Limak en Afrique.

Jeune Afrique : Depuis trois ans, Limak cogère l’AIBD de Dakar. Comment en êtes-vous arrivé là ?

Hakan Oztürk : Au début de 2016, Limak été invité au Sénégal pour terminer les travaux de Blaise-Diagne, que le groupe saoudien BinLadin avait réalisés à 70 %. En proie à des difficultés économiques, celui-ci avait jeté l’éponge en 2014, suivi par Fraport, le gestionnaire de l’aéroport.

Avec notre compatriote turc Summa, nous avons formé un joint-venture et négocié avec l’État sénégalais : à la condition que nous terminions la construction de l’aéroport dans les meilleurs délais, nous en obtenions la gestion pendant 25 ans. Mobilisant 1 500 ouvriers, dont 500 Turcs, nous avons tout terminé en huit mois. Ce n’était pas pourtant pas une mince affaire, car le chantier était à l’arrêt depuis deux ans.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte