Diplomatie

[Tribune] La Turquie, l’Afrique et le Covid

|

Par  Yavuz Selim Kiran

Vice-ministre turc des Affaires étrangères.

Le Croissant-Rouge turc distribue de l'aide médicale pour lutter contre le Covid-19, à Khartoum, le 15 juin 2020.

Le Croissant-Rouge turc distribue de l'aide médicale pour lutter contre le Covid-19, à Khartoum, le 15 juin 2020. © PPI via ZUMA Wire/MAX PPP

La Turquie n’a cessé de renforcer ses liens politiques, économiques et fraternels avec l’Afrique. Yavuz Selim Kiran, vice-ministre turc des Affaires étrangères, évoque la solidarité d’Ankara avec le continent dans le contexte de la crise sanitaire.

L’on me demande souvent comment la Turquie considère l’Afrique, quelles sont nos priorités et nos attentes. Un proverbe africain les résume parfaitement : « Si tu veux marcher vite, marche seul, si tu veux marcher loin, marchons ensemble ».

Loin d’être conjoncturelle, notre vision de l’Afrique s’inscrit sur le long terme. Notre objectif est d’avancer ensemble, dans le cadre d’un partenariat « gagnant-gagnant », où l’humain est au centre de tout. En particulier en ces temps troublés par la pandémie de Covid-19.

Quarante-deux ambassades de Turquie

Depuis 2005, notre diplomatie repose sur une approche multidimensionnelle, entreprenante et humanitaire, que nous appliquons avec succès à l’Afrique. L’essor rapide de nos relations politiques, commerciales, sécuritaires et culturelles en est une preuve éclatante. Notre participation à la BAD, notre partenariat stratégique avec l’UA et les visites mutuelles de haut niveau (notre président, Recep Tayyip Erdogan, s’est rendu dans 28 pays d’Afrique, y compris au temps où il était Premier ministre) jouent un rôle déterminant dans le renforcement des liens entre nos peuples.

La Turquie, qui dispose de 42 ambassades en Afrique, s’est fixé pour but d’ouvrir une représentation diplomatique dans ses 54 pays. Nos institutions : l’agence de développement Tika, les instituts culturels Yunus Emre, les fondations Maarif (éducation) et Diyanet (affaires religieuses), l’Afad (agence de gestion des catastrophes) ou l’agence de presse Anadolu sont nos étendards sur le continent. Il en va de même pour Turkish Airlines qui, après une pause due à la pandémie de Covid-19, a déjà repris ses vols vers l’Afrique (27 pays sur 40, 33 destinations sur 60), et va accélérer le mouvement.

Des masques pour 45 pays du continent

S’agissant de cette pandémie, nous avons très tôt pris la mesure de la situation et avons pu retarder l’entrée de la maladie dans notre pays, puis l’endiguer grâce à un système de santé performant.

Consciente que la découverte d’un vaccin est la solution ultime pour sortir de cette crise, la Turquie fait partie des pays leaders en matière de recherche. Sur 193 candidats-vaccins qui figurent sur la liste de l’OMS, onze sont turcs. Nous préconisons que le futur vaccin soit la propriété de toute l’humanité, qu’il soit produit en quantité suffisante pour répondre aux besoins de tous les pays et soit offert à tous.

Les équipements de protection individuelle et les respirateurs made in Turkey constituent la majeure partie de notre aide en nature destinée à l’Afrique. Environ 3,5 millions de masques, 1 million de blouses et combinaisons médicales, 160 000 kits de dépistage et 217 respirateurs ont notamment été fournis à 45 pays du continent. S’y ajoute une importante aide financière. En outre, la Tika et l’Afad mettent en œuvre des programmes d’aide spéciaux pour les groupes vulnérables : migrants, personnes déplacées, personnes âgées, orphelins et handicapés.

Les entreprises turques se mobilisent

Avec l’appui de ses 248 représentations à l’étranger, mon ministère a assumé la responsabilité principale dans la reprise de vols internationaux et levé les restrictions de voyage afin de revitaliser les flux touristiques. Depuis le début de la crise, nous avons accueilli et soigné plus de 100 000 ressortissants étrangers et, par ailleurs, évacué 40 000 touristes bloqués sur notre sol.

Tout ce travail, qui mobilise nos ministères, nos missions à l’étranger, le Croissant-Rouge turc, la Présidence des Turcs de l’étranger, etc. est effectué en liaison avec le Centre de coordination et de soutien du ministère des Affaires étrangères, créé sous ma responsabilité sur instruction de Mevlüt Çavusoglu, notre ministre.

En outre, nos fonctionnaires d’État ont mené des activités bénévoles à travers les groupes de soutien social.

Le monde des affaires s’est lui aussi montré sensible au sort des pays africains. Parfois en liaison avec nos institutions compétentes, ont aidé l’Éthiopie, la Gambie, la Guinée-Bissau, le Liberia, le Mali, le Mozambique, le Niger, le Rwanda, le Sénégal, la Sierra Leone et la Zambie.

Nous pensons que ces aides ont renforcé nos liens d’amitié avec nos frères et sœurs d’Afrique, et espérons que ceux-ci s’en trouveront pérennisés. Comme le rappelle souvent le président Erdogan, notre relation avec le continent est fondée sur la sincérité, la fraternité et la solidarité.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte