Justice

Algérie : en prison avec l’ex-Premier ministre de Bouteflika, Abdelmalek Sellal

Réservé aux abonnés | | Par
L’ancien Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal.

L'ancien Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal. © Ryad Kramdi

Condamné dans plusieurs affaires de corruption, l’ancien chef du gouvernement algérien est toujours incarcéré à la prison de Koléa, à une trentaine de kilomètres d’Alger. Voici son quotidien derrière les barreaux.

Selon des sources proches de sa famille, Abdelmalek Sellal n’a finalement pas été transféré le 28 août au petit matin à la prison d’El-Menia, dans la région de Ghardaïa, à quelque 850 km au sud d’Alger. Cette décision a été annulée sans que son avocat, Mourad Khader, ou ses proches n’obtiennent d’explications. L’ancien Premier ministre, 72 ans, est donc toujours incarcéré à Koléa, dans une cellule individuelle.

Aucun contact

Il effectue sa promenade quotidienne seul également, sans aucun contact avec les autres prisonniers, et ce, pour des raisons de sécurité. Il reçoit la visite de son beau-frère, de son frère, de son neveu, ainsi que de son conseil. Selon son entourage, il a fait passer à ce dernier une liste de livres politiques qu’il souhaitait lire.

Courant juillet, Abdelmalek Sellal avait été admis au Centre hospitalier universitaire Mustapha d’Alger, après avoir été contaminé par le Covid-19. Il a quitté le pavillon carcéral de cet hôpital le 19 juillet, après sa guérison. « Il est complètement remis », assure son entourage.

Condamné en décembre 2019 à trois ans de prison dans le cadre d’une affaire de montage automobile, son fils, Farès Sellal, purge quant à lui sa peine à Chlef.

De son côté, l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia, également condamné dans plusieurs dossiers de corruption, a été transféré dans une prison d’El-Abadla, à plus de 1 000 kilomètres d’Alger.

Quant à l’homme d’affaires et ancien président du Forum des chefs d’entreprises (FCE) Ali Haddad, condamné en appel le 3 novembre à douze ans de prison, il purge sa peine au pénitencier de Tazoult, à Batna, où il a été transféré début août.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer