Présidentielle Côte d'Ivoire 2020

Côte d’Ivoire : nouvelles violences meurtrières dans le Centre-Est

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 11 novembre 2020 à 12h09
Un militaire ivoirien, à Abidjan en avril 2015. Photo d'illustration.

Un militaire ivoirien, à Abidjan en avril 2015. Photo d'illustration. © AP Photo/Schalk van Zuydam

En trois mois, les troubles liés à l’élection présidentielle ivoirienne ont fait une cinquantaine de morts.

Dans le sillage des violences qui ont fait neuf morts à Daoukro et Sikensi (Centre-Est) lundi, des affrontements intercommunautaires ont également éclaté en début de semaine à M’Batto, à 200 km au nord d’Abidjan.

Au moins trois personnes y sont mortes lundi et mardi et 26 autres ont été blessées, selon un porte-parole de la gendarmerie, mais de nombreux habitants de la région évoquent un bilan plus lourd.

« Des renforts déployés »

« Le commandant de la gendarmerie [le général Alexandre Apalo Touré] a échangé avec les différentes communautés en soirée. Les entretiens se poursuivront [ce mercredi], précise le porte-parole de la gendarmerie. La situation est calme, les renforts déployés effectuent des patrouilles dans la ville. » Mi-octobre, des violences entre Agni et Dioula avaient éclaté à Bongouanou, près de M’Batto, faisant déjà au moins deux morts.

Ces nouveaux heurts surviennent alors que des affrontements, entre communautés et parfois avec les forces de l’ordre, ont fait lundi au moins neuf morts et une cinquantaine de blessés dans le centre de la Côte d’Ivoire.

L’opposition, qui avait boycotté l’élection présidentielle du 31 octobre, avait appelé lundi à une nouvelle journée de mobilisation. Ce même jour, le Conseil constitutionnel avait validé la réélection d’Alassane Ouattara à un troisième mandat, avec le score écrasant de 94,27 % des voix.

Plus de 8 000 personnes ont fui le pays

À Daoukro (Centre-Est), fief d’Henri Konan Bédié, l’ancien président devenu opposant, « les affrontements intercommunautaires ont fait six morts et 51 blessés », a déclaré la préfète de région, Solange Aka.

« Une [personne] à été décapitée et une autre est morte brûlée », a-t-elle précisé, indiquant que le blocage des routes rendait difficile l’évacuation des blessés.

À Elibou (Centre), trois personnes ont été tuées dans des affrontements entre des gendarmes et les habitants de plusieurs localités, qui manifestaient en bloquant l’autoroute, selon des témoignages.

Des incidents se sont également déroulés, lundi, à Bouadikro et Bongouanou, fief de l’opposant Pascal Affi N’Guessan, ainsi qu’à Yopougon, dans la commune d’Abidjan.

Les troubles liés à l’élection ont fait une cinquantaine de morts depuis trois mois, dont une dizaine lundi. Plus de 8 000 personnes ont fui la Côte d’Ivoire vers les pays voisins, principalement le Liberia, en raison de ces violences, a rapporté mardi l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte