Politique

« Caricatures de Mahomet » : comment Macron tente de se réconcilier avec les musulmans

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 09 novembre 2020 à 17h25
Interview d'Emmanuel Macron sur la chaîne Al-Jazeera, le 31 octobre 2020.

Interview d'Emmanuel Macron sur la chaîne Al-Jazeera, le 31 octobre 2020. © Alexandre MARCHI/MAX PPP

Emmanuel Macron s’est lancé dans une vaste opération de communication à destination du monde musulman, en colère après le soutien apporté par le président français à la liberté de caricaturer le Prophète.

Dans la dramaturgie macroniste, l’interview donnée le 31 octobre par le président de la République française à la chaine qatarie Al-Jazira aurait dû dénouer la crise. Depuis l’exécution de Samuel Paty et la crise des caricatures du Prophète Mohammed, Emmanuel Macron reste au cœur d’un vortex international.

Entre menaces de boycott économique des pays arabes et cafouillages avec la presse anglophone, l’Élysée sait que le travail de réconciliation sera long et périlleux. Car la défense des caricatures se heurte au principe de réalité… économique et électorale.

Virage à droite

Si la politique était un art du cirque, ce serait sans conteste le funambulisme. Et la corde sur laquelle Emmanuel Macron marche depuis quelques jours est particulièrement raide. Depuis le discours de Mantes-la-Jolie du 16 octobre, consacré à la préparation de la loi contre le séparatisme islamiste, le grand coup de barre à droite de du chef de l’État n’aura échappé à personne.

Les mots du président prononcés au cours de l’hommage à Samuel Paty ont ruiné son image dans le monde musulman

Après l’assassinat de Samuel Paty, enseignant décapité pour avoir montré à ses élèves des caricatures du Prophète Mohammed, et l’attaque de Nice, Macron a incontestablement durci le ton.

Ce durcissement a ruiné son image dans le monde musulman. En cause, les mots du président prononcés au cours de l’hommage solennel à Samuel Paty, le 31 octobre, dans la cour de la Sorbonne. « La France ne renoncera pas aux caricatures et aux dessins », avait-il alors insisté.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte