Politique

Éthiopie : en plein conflit avec le Tigré, le chef de l’armée limogé

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 08 novembre 2020 à 17h21
Des Éthiopiens lisent la presse, le 7 novembre 2020, après le lancement d'une offensive militaire contre la région du Tigré.

Des Éthiopiens lisent la presse, le 7 novembre 2020, après le lancement d'une offensive militaire contre la région du Tigré. © Samuel Habtab/AP/SIPA

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a limogé dimanche son chef de l’armée, quatre jours après le lancement d’une offensive militaire contre la région du Tigré, qui menace désormais de tourner à la guerre civile.

Le chef adjoint de l’armée, le général Berhanu Jula, « a été promu au rang de chef de l’armée », a affirmé un communiqué du bureau du Premier ministre, sans préciser les raisons du limogeage de son prédécesseur, le général Adem Mohammed.

Ce changement brutal à la tête des forces armées éthiopiennes intervient alors que le gouvernement a lancé mercredi une opération militaire contre la région du Tigré, accusée par Addis-Abeba de visées sécessionnistes.

Malgré un black-out total sur les opérations militaires, sur le terrain apparaissent les premiers signes de combats qui semblent nourris entre forces armées éthiopiennes et tigréennes.

Une centaine de soldats blessés par balles

Une centaine de soldats éthiopiens ont ainsi été admis pour des blessures « par balles » dans un hôpital de la région Amhara, qui jouxte le Tigré, a indiqué dimanche un médecin local. À l’hôpital de Sanja, au nord de Gondar, à une soixantaine de km du Tigré, « nous avons eu 98 cas, tous de l’armée nationale », a assuré ce médecin sous couvert d’anonymat, sans préciser les dates des admissions des soldats blessés.

Une frappe aérienne a visé Mekele », selon une note de l’ONU.

Le médecin a souligné qu’il n’avait enregistré aucun décès, mais que des blessés plus graves avaient été dirigés vers des hôpitaux plus importants, à Gondar et ailleurs. Sur la route menant de Gondar au Tigré, les correspondants de l’AFP ont pu noter une circulation fréquente d’ambulances transportant des blessés.

Par ailleurs, selon un avis d’information des Nations unies diffusé dimanche, « une frappe aérienne a visé Mekele », la capitale du Tigré, à proximité de l’aéroport. « Une seule explosion a été notée, ainsi qu’une riposte venue du sol », ajoute le rapport des Nations unies.

Un responsable des Nations unies a indiqué samedi sous couvert d’anonymat que, selon un rapport interne, les forces armées tigréennes tenaient le quartier général de l’armée éthiopienne à Makele. La base militaire de Makele est une des plus importantes d’Éthiopie, héritage des années de guerre avec l’Érythrée, qui borde le Tigré.

« Clique de traîtres »

Un média public éthiopien a également cité dimanche le général Berhanu Jula affirmant que les forces fédérales avaient « totalement détruit les armes lourdes de la clique de traîtres », en référence au Front de libération des Peuples du Tigré (TPLF), qui a, durant près de 30 ans et jusqu’à l’avènement d’Abiy Ahmed en 2018, dominé les structures de pouvoir en Éthiopie.

Promu dimanche chef de l’armée, l’officier supérieur a ajouté que les soldats éthiopiens avaient « complètement capturé » quatre villages de l’ouest du Tigré où se sont concentrés les combats.

Diverses sources diplomatiques et humanitaires ont également fait état d’activités militaires sur les principaux axes reliant le Tigré à la région Amhara et signalé des combats et des tirs d’artillerie sur la route menant à Humera, aux confins du Soudan et de l’Érythrée.

Escalade militaire

Samedi, le parlement éthiopien avait révoqué le parlement régional et le gouvernement du Tigré, qui avait rétorqué en qualifiant cette mesure de « plaisanterie » et en accusant le Premier ministre de vouloir installer des « marionnettes » dans la région.

Prix Nobel de la paix en 2019, notamment pour avoir mis fin à l’état de guerre avec l’Érythrée, Abiy Ahmed a annoncé mercredi le lancement de ces opérations militaires au Tigré en représailles à l’attaque de bases militaires éthiopiennes sur place.

La tension entre Addis-Abeba et le Tigré – dont les dirigeants s’estiment marginalisés par le nouveau pouvoir – s’était particulièrement accrue depuis l’organisation en septembre d’élections régionales non reconnues par le pouvoir central.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte