Diplomatie

Blaise Shufai et Achille Zogo Andela détenus : le Cameroun dans le viseur de l’ONU

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le président camerounais Paul Biya au siège de l'ONU, à New York, le 22 septembre 2017.

Le président camerounais Paul Biya au siège de l'ONU, à New York, le 22 septembre 2017. © Stephanie Keith/REUTERS

Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations unies s’intéresse au sort du leader anglophone Blaise Shufai et d’Achille Zogo Andela, détenus au Cameroun. Yaoundé a été interpellé sur leurs conditions d’emprisonnement.

Dans un courrier daté du 26 octobre dernier, le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU a assuré à Me Hakim Chergui, l’avocat français du leader ambazonien Blaise Sevidzem Berinyuy, dit Shufai, que son Comité contre la torture s’était saisi du dossier de ce dernier.

Selon sa défense, Shufai aurait subi des mauvais traitements lors de sa détention à la prison principale de Yaoundé.

Hospitalisation d’urgence

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte