Mines

La Guinée retire son permis à BSGR

Simandou est l'un des plus importants gisements de fer du continent africain.

Simandou est l'un des plus importants gisements de fer du continent africain. © Rio Tinto

Le gouvernement guinéen a résilié le permis minier octroyé au milliardaire Beny Steinmetz et à sa compagnie BSGR sur le gisement de fer de Simandou. Cette décision fait suite aux recommandations d'un rapport d'audit signalant "l'existence de pratiques de corruption" ayant entaché l'octroi de ce titre.

Le gouvernement de la Guinée a accepté les conclusions du rapport du comité en charge d’auditer les contrats miniers du pays, rendu public le 9 avril et recommandant l’annulation de deux concessions sur des gisements de minerai de fer détenues par VBG, coentreprise entre BSGR, le conglomérat du milliardaire israélien Beny Steinmetz et le groupe minier brésilien Vale. La résiliation des permis accordés à VBG, prise en conseil des ministres, a été annoncée le 17 avril par Damantang Albert Camara, porte-parole du gouvernement guinéen, rapporte l’agence Reuters.

Corruption

Dans son intervention télévisée annonçant le retrait du permis d’exploitation détenu par VBG sur le gisement de minerai de fer de Simandou et l’annulation de sa concession minière de Zogota, Damantang Albert Camara a indiqué que cette décision était liée à la « nature frauduleuse des conditions dans lesquelles les permis ont été accordés ». Faisant, par là, écho aux conclusions du rapport du comité d’audit alléguant l’existence “d’un faisceau d’indices précis et concordants établissant avec une certitude suffisante, l’existence de pratiques de corruption ayant entaché l’octroi de la convention et des titres miniers détenus par VBG”.

Lire aussi :

Guinée : Beny Steinmetz et Vale pourraient perdre leurs titres miniers

Guinée : le comité de revue des titres miniers a fini l’examen de BSGR

Guinée : libération des deux cadres du groupe de Beny Steinmetz

Lamine Fofana : « À ce stade, la licence minière de BSGR reste en place »

Guinée : corruption à grande échelle autour du Simandou

Guinée : BSGR poursuivi pour corruption

De son côté, le groupe BSGR, mis directement en cause dans le rapport, continue de démentir les allégations portées contre lui et se dit prêt à recourir à l’arbitrage international. Dans un communiqué addressé à Reuters, le groupe estime “[avoir] obtenu les droits d’exploitation minière légalement” et compte lutter afin de “renverser cette décision, qui est aussi prévisible qu’illégale.”

Conséquences

S’il est difficile d’évaluer l’impact à moyen terme de cette décision sur l’attractivité de la Guinée pour les investissements miniers, il est clair que ce retrait aura de profondes conséquences non seulement sur VBG mais aussi sur Vale. En effet, le comité d’audit a demandé au gouvernement d’exclure cette co-entreprise de tout future procédure d’acquisition de licences minières, rapporte l’agence de presse.

Quant au groupe brésilien, actionnaire majoritaire de VBG, s’il conserve le droit de soumissionner pour des permis en son nom propre, le retrait du titre octroyé sur le gisement de Simandou pourrait avoir de graves conséquences financières. Selon Reuters, qui cite une source proche du groupe minier, l’entreprise a déjà investi plus de 1 milliard de dollars dans ce projet.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte