Analyses

Présidentielle en Côte d’Ivoire : l’épreuve de force entre Ouattara et l’opposition

Réservé aux abonnés | | Par - à Abidjan
Mis à jour le 05 novembre 2020 à 18h59
Des forces de sécurité entourent le domicile d'Henri Konan Bédié à Abidjan, le 3 novembre 2020.

Des forces de sécurité entourent le domicile d'Henri Konan Bédié à Abidjan, le 3 novembre 2020. © REUTERS/Luc Gnago

Mardi, au lendemain de la proclamation des résultats de la présidentielle du 31 octobre, les principaux leaders de l’opposition ont vu leurs résidences encerclées par la police.

Maurice Kacou Guikahué pose devant un vieux portrait peint d’Henri Konan Bédié. À ses pieds, une grande échelle traîne au bord de la pelouse. L’ancien président, la moustache bien taillée, trône dans un complet bleu. Son calme olympien et son visage figé contrastent avec le sourire un peu forcé et les traits tirés du secrétaire exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

Depuis 13H30 GMT, ce mardi 3 novembre, plusieurs cargos de CRS et du Groupement mobile d’intervention (GMI) bloquent l’accès à la résidence de Bédié. À leur arrivée, ses partisans postés à l’entrée – ils étaient une centaine – ont bien tenté d’ériger des barricades. Ils ont rapidement été dispersés à coups de gaz lacrymogène par les forces de l’ordre. Depuis, une sorte de blocus est imposé.

« C’est un grave recul de notre démocratie. Henri Konan Bédié demeure engagé à effectuer sa mission de salut public en qualité de président de Conseil national de transition », dénonce Guikahué.

Quartier bouclé

Il est 15h, le quartier est bouclé et à l’intérieur de la résidence règne comme un climat de veillée d’armes. Outre Guikahué, il y a une dizaine de cadres du PDCI, deux avocats du parti (Me Emile Suy Bi et Me Jean-Chrysostome Blessy), des membres de la famille de Bédié (sa femme, mais aussi une nièce et trois de ses petits enfants), des éléments de la gendarmerie assurant sa sécurité en sa qualité d’ancien président, et une dizaine d’hommes vêtus de noir et armés de kalachnikov.

Alassane Ouattara a-t-il décidé de procéder à l’arrestation de son ancien allié ? Vise-t-il certains de ses collaborateurs ? Fait-il monter la pression après que l’opposition a annoncé la création d’un Conseil national de transition (CNT) ? Les questions fusent, personne n’a la réponse. Certains s’attendent tout de même à ce que la maison soit prise d’assaut.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte