Analyses

Annonce de la réélection de Ouattara : entre inquiétudes et prudence, les réactions étrangères

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 03 novembre 2020 à 17h08
Alassane Ouattara, samedi 31 octobre à Abidjan, prend la parole devant la presse après avoir voté.

Alassane Ouattara, samedi 31 octobre à Abidjan, prend la parole devant la presse après avoir voté. © Leo Correa/AP/SIPA

Après l’annonce de la réélection d’Alassane Ouattara, et alors que ses opposants ont annoncé la formation d’un « Conseil national de transition », les réactions sont pour le moins mitigées parmi les partenaires africains et occidentaux de la Côte d’Ivoire.

Sans opposant d’envergure face à lui, le résultat ne faisait guère de doutes. Ce mardi, à 5h du matin, la Commission électorale indépendante (CEI) a dévoilé, après plusieurs heures d’attente, les résultats officiels provisoires de la présidentielle du 31 octobre. Selon elle, Alassane Ouattara a été réélu pour un troisième mandat avec 94,27% des voix, au terme d’un scrutin lors duquel le taux de participation a été de 53,9%. Deux chiffres largement contestés par ses opposants, qui dénoncent une élection « pipée » à laquelle ils ont refusé de participer – en appelant les Ivoiriens à son « boycott actif » – et dont ils ne reconnaissent pas les résultats.

Face à ce « simulacre d’élection », ils ont annoncé lundi la formation d’un « conseil national de transition », présidé par Henri Konan Bédié. Selon Pascal Affi N’Guessan, porte-parole de la plateforme de l’opposition, il aura pour objectif la mise en place d’un « gouvernement de transition » en vue de « préparer le cadre de l’organisation de l’élection présidentielle juste, transparente et inclusive » et de « convoquer des assises nationales pour la réconciliation nationale en vue du retour à une paix définitive en Côte d’Ivoire ».

Le gouvernement a rapidement répliqué, en affirmant que cette déclaration ainsi que les violences perpétrées durant le scrutin « constituent des actes d’attentat et de complot contre l’autorité de l’État et l’intégrité du territoire (…) prévus et punis par la loi pénale ».

Ce que Macron a dit à Ouattara

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte